Reprise d’activité : les recommandations de l’Association des DRH des grandes collectivités

Santé et sécurité au travail

Prévention, réorganisation, accompagnement managérial et psycho-social des équipes, dialogue social… Le plan de reprise d’activité va mobiliser les DRH. L’Association des DRH des grandes collectivités préconise certaines mesures pour faciliter le retour à la « normale » de l’organisation.

Qu’il s’agisse d’activer les plans de reprise d’activités à partir du 11 mai ou d’accompagner les agents isolés et les télétravailleurs dans la durée, les collectivités doivent préparer la sortie de confinement. L’Association des DRH des grandes collectivités diffuse des recommandations à travers des fiches pratiques, accessibles en ligne. Objectifs : sécuriser la reprise progressive d’activité tout en protégeant les agents les plus fragilisés par le contexte du coronavirus. L’association préconise de maintenir le télétravail pour les activités qui le permettent, afin d’éviter que les agents ne prennent les transports en commun et de limiter le travail dans les locaux, où l’espace doit être suffisant pour les accueillir sans risques.

Pour qu’une activité soit à nouveau effectuée « en présentiel », deux conditions cumulatives doivent être réunies : présenter un caractère vital pour le service, à la population ou au territoire, et assurer l’ensemble des conditions de sécurité de la reprise. Cette sécurité s’apprécie service par service, équipement par équipement, en fonction des contraintes sanitaires de distanciation sociale notamment : réorganisation des locaux, équipements collectifs (écrans en plexiglas pour l’accueil…), nettoyage préalable et vérification des installations techniques, modalités de fonctionnement des restaurations collectives, équipements individuels. Des mesures qui valent également pour les écoles.

Les collectivités doivent, à la fois, préserver la santé des agents et assurer la continuité du service public en toute sécurité pour les usagers. Ces deux obligations de résultat supposent « des plans de reprise d’activité itératifs, concertés et nécessairement progressifs », précise l’Association des DRH des grandes collectivités.

L’association préconise que dans les locaux publics, les agents d’accueil et les usagers portent obligatoirement un masque. Une « co-responsabilité » qui conditionnera la réouverture progressive des services publics. Chaque collectivité devra déterminer son propre calendrier de réouverture, en fonction de ses capacités d’adaptation et de la situation sanitaire sur son territoire. En effet, l’organisation du travail « ne peut pas être décrétée et doit être définie de façon décentralisée, au plus près des équipes » : réaménagement des locaux, gel à l’entrée des lieux publics, roulement, réorganisation de plannings dans le respect de la loi… Il conviendra d’impliquer les agents dans l’organisation de leurs conditions de travail, d’associer les managers de terrain et de faire preuve de souplesse. 
Temporairement, le cadre du temps de travail pourra être ajusté (horaires variables et fixes) mais, autant que possible, la prise de poste devra être prévue en dehors des pics horaires de fréquentation des transports en public, et il faudra dédoubler équipes et plannings pour favoriser la distanciation sociale.

Pour réussir la reprise progressive d’activité, chaque employeur public local devra savoir expliquer ses choix et respecter la concertation et le dialogue social. Il conviendra de mobiliser les CT et CHSCT et de les réunir, au moins sur la stratégie générale de reprise et sur les principes généraux de protection et d’adaptation des services.

L’organisation pendant le confinement a distendu les liens entre les agents, placés dans des situations hétérogènes, aussi bien professionnelles que personnelles ; certains auront très mal vécu cette période. Le retour progressif à une activité « normale » posera donc de nombreux enjeux RH et managériaux et l’association détaille une série de recommandations visant à accompagner les agents lors du post-confinement. Il s’agira notamment de recenser les agents isolés, de maintenir le lien avec tous les agents par une communication accrue ou encore de concevoir des dispositifs de cohésion d’équipe et de valoriser de nouvelles compétences. L’accompagnement psycho-social des équipes sera, en particulier, extrêmement important lors de la reprise.

Martine Courgnaud – Del Ry

Posté le par

Recommander cet article