Réseaux : l’Arcep préconise de bonnes pratiques pour un télétravail efficace

Santé et sécurité au travail

La crise sanitaire du coronavirus contraint des millions de Français à travailler chez eux. Ce n’est pas le moment de saturer les réseaux… Il ne faut pas utiliser les réseaux n’importe comment. L’Arcep (le « gendarme des télécoms ») fournit des conseils très pratiques pour éviter des problèmes de connexion internet.

Le recours massif au télétravail, imposé aux agents des collectivités comme aux salariés du privé par les mesures de confinement, suppose de respecter un certain nombre de principes visant à maintenir les réseaux en bon état de fonctionnement sans les saturer. L’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) partage conseils et bonnes pratiques pour que les télétravailleurs puissent aisément poursuivre leur activité à distance.

En premier lieu, il convient d’optimiser la qualité du Wi-Fi, quel que soit le type d’accès : fibre, ADSL, radio… Ainsi, il est recommandé de placer la box au centre du logement. Objectif : limiter les obstacles entre le Wi-Fi et les terminaux. Car les murs atténuent le signal radio et diminuent le débit internet reçu par les équipements situés dans les pièces les plus éloignées. Il faut aussi éviter de placer la box à l’extrémité du logement ou dans un local fermé. De même, mieux vaut installer la box dans un endroit dégagé, de préférence en hauteur. À l’inverse, la poser au sol, entre des livres, dans un placard ou à proximité de meubles hauts dégrade le signal Wi-Fi et sa réception par l’utilisateur. Pour limiter les interférences entre différentes ondes, il est également souhaitable de laisser un espace d’environ deux mètres entre la box et d’autres équipements radio : base de téléphone sans fil, babyphone, micro-ondes…

Les périphériques les plus anciens ne peuvent se connecter qu’au Wi-Fi 2,4 gigahertz (GHz), alors que les box de dernière génération peuvent émettre aussi bien dans les fréquences 2,4 GHz que dans la bande 5 GHz. Dans ce cas, il est conseillé de paramétrer sa box pour les fréquences 5 GHz. En effet, la bande 2,4 GHz, utilisée par de nombreux périphériques (Bluetooth, radioamateur, micro-ondes, talkie-walkie…), multiplie les risques de recouvrement et de brouillage des signaux.

Autre recommandation : il convient de ne pas utiliser la bande passante pour des usages simultanés (visioconférence et visionnage d’une bande dessinée par les enfants, par exemple). En effet, la vidéo et le streaming consomment énormément de bande passante. Qu’il s’agisse de visioconférence ou de visionnage en streaming, les usages vidéo sont les plus consommateurs de bande passante. Les plateformes (YouTube, Netflix…) consomment plus que la plupart des réseaux privés virtuels (VPN) et peuvent, en outre, utiliser des mécanismes pour l’optimiser : en cas de partage de débit avec une plateforme de vidéo, c’est généralement le débit du VPN qui sera réduit et pas celui de la plateforme.

Par ailleurs, il faut savoir que les bandes 2,4 GHz et 5 GHz sont indépendantes. Les agents qui disposent de la fibre à domicile doivent si possible paramétrer la box pour dédier une fréquence à la vidéo et l’autre à leur poste de télétravail (réseau VPN de la collectivité, le cas échéant). Il suffit de nommer les deux Wi-Fi différemment dans les paramètres de la box, et de demander ensuite aux périphériques dédiés aux usages vidéo de se connecter au premier réseau, puis à l’ordinateur de se connecter au second.

Au cas où l’usage d’un VPN, pour l’accès aux mails et à l’espace de travail, combiné avec le Wi-Fi, ralentit le débit (en cas de visio-conférence, notamment), il y a deux solutions. Désactiver le VPN mais souvent ce n’est pas envisageable en raison de la politique de sécurité ou connecter son ordinateur directement à la box avec un câble Ethernet.

Enfin, plutôt que l’accès fixe à internet (fibre, câble, ADSL…), il est possible d’utiliser la 4G mobile de son smartphone. La fonction « partage de connexion » crée un réseau Wi-Fi sur le smartphone sur lequel on peut connecter un ordinateur. Il est possible de paramétrer un mot de passe pour être le seul utilisateur de ce réseau. Attention, toutefois : le VPN consomme moins de données que le mobile (entre 1 et 4 Go par heure de vidéo, en fonction de la résolution). Or, l’accès 4G est décompté du forfait mobile.

Pour les communications téléphoniques, l’Arcep rappelle que les opérateurs ont désormais l’obligation de proposer les options « voix ou SMS sur Wi-Fi ». Dans une zone couverte par la 4G, ou lorsque la connexion mobile est mauvaise à l’intérieur, il suffit à l’agent de paramétrer le smartphone pour téléphoner en se connectant, par défaut, au réseau Wi-Fi de la box lorsqu’il est à son domicile.

Marie Gasnier

 

En cas de problème de connexion persistant, il est possible de le signaler à l’Arcep afin d’aider à l’amélioration des réseaux de façon ciblée auprès des opérateurs.

Posté le par

Recommander cet article