Accident de service : l'imprudence et l'expérience de l'agent exonèrent la collectivité

Santé et sécurité au travail

À l’occasion d’un litige opposant la municipalité d’Albi à un de ses agents, la cour administrative d’appel de Bordeaux a décidé de rejeter la responsabilité de la commune en relevant que l’imprudence du fonctionnaire était la seule cause de l’accident…

 

Un agent technique principal de la commune d’Albi (Tarn, 29 106 habitants), alors employé au service des espaces verts sportifs, avait été chargé d’effectuer le ramassage des feuilles et branchages sur la base sportive de Pratgraussals puis de les transporter par camion à la déchetterie éloignée d’une quinzaine de kilomètres. Pour tasser ces déchets verts dans la benne du camion, le fonctionnaire est monté dans ladite benne et, déséquilibré par les branchages, il est tombé du camion. Cet accident de service lui a provoqué une fracture de sa dixième vertèbre dorsale.

Imprudence et absence de consignes

Devant le juge l’agent a soutenu que « ce sont les manquements par la commune aux règles d’hygiène et de sécurité, à ses obligations en matière de formation à la sécurité et en matière d’inventaire des risques » qui étaient à l’origine de son accident. Mais, pour la cour administrative d’appel de Bordeaux, c’est bien « l’imprudence du requérant qui est la seule cause dudit accident dès lors qu’il n’avait pas reçu de consignes de sa hiérarchie pour accomplir sa mission dans un délai très court qui aurait nécessité le tassement des déchets afin d’accomplir le moins de trajets possibles jusqu’à la déchetterie ».

Ainsi, a estimé le juge d’appel, « ni la faible hauteur des ridelles du camion, ni la circonstance que le requérant ne s’était vu adjoindre aucun collègue pour effectuer le ramassage des déchets verts en question, ne peuvent être regardées comme des fautes qui auraient été commises par la commune et qui seraient à l’origine de l’accident de service ».

Importance de l’expérience de l’agent

Dans ces conditions, et « eu égard à l’expérience professionnelle du requérant relativement à la tâche qui lui avait été confiée », la cour a considéré que le fonctionnaire n’était pas fondé à soutenir à demander la condamnation de la commune d’Albi à l’indemniser de l’ensemble des préjudices subis du fait de cet accident de service.

Christophe Belleuvre

Texte de référence :

Téléchargez le document au format pdf Arrêt de la CAA de Bordeaux du 29 décembre 2009, requête n° 08BX02359

Source Internet :

L'analyse des spécialistes

  • Les 10’ juridiques avec Landot & associés #4 Loi Vie locale Intercommunalité

    Les 10’ juridiques avec Landot & associés #4

    30/07/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • Le retour aux 90km/h sur les routes départementales : quels enjeux pour les élus ? Urbanisme

    Le retour aux 90km/h sur les routes départementales : quels enjeux pour les élus ?

    15/07/19
    Le projet de loi Orientation des mobilités, actuellement soumis à la Commission mixte paritaire, a ouvert la possibilité pour les présidents de conseils départementaux, les maires et les présidents d’établissement de coopération intercommunale (EPCI) d’augmenter à 90 km/h la limite de circulation sur les routes du réseau secondaire. Cela correspond à une volonté gouvernementale de les responsabiliser.
  • Les 10’ juridiques avec Landot & associés #3 Loi Blanquer Éducation

    Les 10’ juridiques avec Landot & associés #3

    11/07/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • Tous les articles juridiques