Accident de service : l'imprudence et l'expérience de l'agent exonèrent la collectivité

Santé et sécurité au travail

À l’occasion d’un litige opposant la municipalité d’Albi à un de ses agents, la cour administrative d’appel de Bordeaux a décidé de rejeter la responsabilité de la commune en relevant que l’imprudence du fonctionnaire était la seule cause de l’accident…

 

Un agent technique principal de la commune d’Albi (Tarn, 29 106 habitants), alors employé au service des espaces verts sportifs, avait été chargé d’effectuer le ramassage des feuilles et branchages sur la base sportive de Pratgraussals puis de les transporter par camion à la déchetterie éloignée d’une quinzaine de kilomètres. Pour tasser ces déchets verts dans la benne du camion, le fonctionnaire est monté dans ladite benne et, déséquilibré par les branchages, il est tombé du camion. Cet accident de service lui a provoqué une fracture de sa dixième vertèbre dorsale.

Imprudence et absence de consignes

Devant le juge l’agent a soutenu que « ce sont les manquements par la commune aux règles d’hygiène et de sécurité, à ses obligations en matière de formation à la sécurité et en matière d’inventaire des risques » qui étaient à l’origine de son accident. Mais, pour la cour administrative d’appel de Bordeaux, c’est bien « l’imprudence du requérant qui est la seule cause dudit accident dès lors qu’il n’avait pas reçu de consignes de sa hiérarchie pour accomplir sa mission dans un délai très court qui aurait nécessité le tassement des déchets afin d’accomplir le moins de trajets possibles jusqu’à la déchetterie ».

Ainsi, a estimé le juge d’appel, « ni la faible hauteur des ridelles du camion, ni la circonstance que le requérant ne s’était vu adjoindre aucun collègue pour effectuer le ramassage des déchets verts en question, ne peuvent être regardées comme des fautes qui auraient été commises par la commune et qui seraient à l’origine de l’accident de service ».

Importance de l’expérience de l’agent

Dans ces conditions, et « eu égard à l’expérience professionnelle du requérant relativement à la tâche qui lui avait été confiée », la cour a considéré que le fonctionnaire n’était pas fondé à soutenir à demander la condamnation de la commune d’Albi à l’indemniser de l’ensemble des préjudices subis du fait de cet accident de service.

Christophe Belleuvre

Texte de référence :

Téléchargez le document au format pdf Arrêt de la CAA de Bordeaux du 29 décembre 2009, requête n° 08BX02359

Source Internet :

L'analyse des spécialistes

  • Rapport de la Cour des comptes européenne sur les PPP : un constat qui ne doit pas décourager l’initiative publique des grands projets Partenariat public-privé

    Rapport de la Cour des comptes européenne sur les PPP : un constat qui ne doit pas décourager l’initiative publique des grands projets

    31/05/18
    Les Cours des comptes européenne et française partagent un constat similaire et émettent des alertes de bon sens. Mais ces alertes doivent s’appliquer selon notre point de vue à tous types de projets du secteur public, et pas qu’aux PPP. Quant à ces derniers, ils pourraient continuer à procurer des effets vertueux au secteur public, à condition d’y avoir recours pour des bonnes raisons et d’une manière adéquate.
  • Appel à projets, commande publique ou subvention, comment les distinguer ? Commande publique

    Appel à projets, commande publique ou subvention, comment les distinguer ?

    10/04/18
    La distinction entre les subventions et la commande publique est plus claire qu'auparavant en raison des définitions données par les textes. Toutefois, des incertitudes subsistent, qui sont en particulier liées au développement de procédures intermédiaires sous la forme notamment d'appels à projets.
  • Collectivités publiques et protection des données à caractère personnel : l'impact du RGPD Administration

    Collectivités publiques et protection des données à caractère personnel : l’impact du RGPD

    04/04/18
    La réglementation relative à la protection des données personnelles va vivre une petite révolution le 25 mai 2018. À compter de cette date, le règlement général sur la protection des données, dit RGPD (UE 2016/679 du 27 avril 2016), entrera en vigueur dans tous les pays de l'Union européenne. Ombeline Soulier Dugénie et Emmanuelle Behr, Avocates Associées du Cabinet Redlink, reviennent sur les grandes lignes directrices de ce nouveau cadre normatif.
  • Tous les articles juridiques