Troubles dépressifs liés au travail

Santé et sécurité au travail

Le Conseil d’État a rejeté la demande de la ville de Maisons-Lafitte d’annuler un jugement selon lequel un agent municipal avait contracté une maladie dans l’exercice de ses fonctions.

La commune de Maisons-Lafitte demandait l’annulation du jugement du tribunal administratif de Versailles qui avait cassé les décisions du maire refusant de reconnaître la maladie d’une fonctionnaire comme contractée dans l’exercice de ses fonctions. Mercredi 29 septembre 2010, le Conseil d’État a rejeté ce recours.

Brigadier en chef, affectée au service de la police municipale de Maisons-Lafitte, la fonctionnaire avait été placée en congé de longue durée en raison de troubles dépressifs. La législation prévoit le congé de longue durée pour les agents souffrant d’une maladie mentale. Sauf que, contrairement aux trois avis rendus par la commission de réforme, le maire avait refusé de qualifier son atteinte de maladie professionnelle.

Selon le Conseil d’État, et contrairement aux allégations de la municipalité, le tribunal administratif de Versailles n’a pas commis d’erreur de droit. Les rapports des experts psychiatres s’accordent en effet à montrer que la pathologie de l’agent en cause « provenait des circonstances du travail ».

Eva Casset
 

Texte de référence : CE, 29 septembre 2010, décision n° 325935

L'analyse des spécialistes

  • Les 10’ juridiques avec Landot & associés #4 Loi Vie locale Intercommunalité

    Les 10’ juridiques avec Landot & associés #4

    30/07/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • Le retour aux 90km/h sur les routes départementales : quels enjeux pour les élus ? Urbanisme

    Le retour aux 90km/h sur les routes départementales : quels enjeux pour les élus ?

    15/07/19
    Le projet de loi Orientation des mobilités, actuellement soumis à la Commission mixte paritaire, a ouvert la possibilité pour les présidents de conseils départementaux, les maires et les présidents d’établissement de coopération intercommunale (EPCI) d’augmenter à 90 km/h la limite de circulation sur les routes du réseau secondaire. Cela correspond à une volonté gouvernementale de les responsabiliser.
  • Les 10’ juridiques avec Landot & associés #3 Loi Blanquer Éducation

    Les 10’ juridiques avec Landot & associés #3

    11/07/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • Tous les articles juridiques