Sécurité : le gouvernement débloque 60 millions d’euros contre la délinquance terroriste

Sécurité

Le FIPD bénéficie de fonds supplémentaires jusqu’en 2017. Dès cette année, ils peuvent financer les gilets pare-balles et appareils radio des polices municipales.

Le fonds interministériel pour la prévention de la délinquance (FIPD) vient de recevoir 60 millions d’euros supplémentaires sur trois ans, dont un tiers utilisable dès cette année.

Objectif : renforcer la lutte contre le terrorisme ainsi que l’a annoncé le gouvernement le 21 janvier. Une circulaire* prévoit notamment 2,4 millions d’euros pour équiper les polices municipales de gilets pare-balles et appareils radio. Les collectivités recevront jusqu’à 50 % pour doter de gilets pare-balles les policiers municipaux et les gardes champêtres, armés ou non. L’aide est plafonnée à 250 euros par gilet ; les achats effectués depuis le 1er décembre 2014 sont concernés.

L’acquisition de terminaux portatifs de radiocommunication, permettant aux agents communaux ou intercommunaux d’être informés et de communiquer immédiatement avec les forces de sécurité par le biais des réseaux du ministère de l’Intérieur, est subventionnée à 30 % par appareil et limitée à 420 euros.

Les collectivités devront également payer un droit annuel par poste, pour couvrir les frais d’utilisation et de maintenance du réseau. Ces équipements seront progressifs, au fur et à mesure de l’extension de l’interopérabilité des réseaux, qui a été expérimentée préalablement sur quatre sites.

Les sites sensibles au risque de terrorisme (lieux de culte, écoles, sièges d’institutions cultuelles…) bénéficieront également d’aides du gouvernement. Plus de cinq millions d’euros pourront ainsi financer des caméras de vidéoprotection et leur raccordement à des centres de supervision, des systèmes limitant l’intrusion (portail, clôture, porte blindée, interphone…) et sécuriser l’intérieur des bâtiments.

Une équipe mobile d’intervention, dont le prestataire est en cours de sélection depuis le 13 janvier, aidera les cellules de suivi des préfets à prévenir la radicalisation. Elle devrait assurer environ cent cinquante prises en charge psychologiques individuelles en 2015.

Les départements recevront en outre une dotation totale de 6 millions d’euros pour soutenir les actions de prévention de la radicalisation et d’accompagnement des familles : travailleurs sociaux, éducateurs, psychologues ou psychiatres formés à la radicalisation, actions éducatives d’insertion sociale des jeunes traités par les cellules de suivi, groupes de parole des parents…

 

Marie Gasnier

* Circulaire SGCIPD du 25 mars 2015

FIPD : 20 millions d’euros pour 2015

Prévention de la radicalisation : 8,6 millions

Renforcement de la vidéoprotection des sites sensibles : 2,6 millions

Sécurisation (hors vidéo) des sites sensibles : 2,5 millions

Équipement des polices municipales : 2,4 millions

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum