Menu actualité

Thématiques

Les Entreprises publiques locales (Epl) cherchent la parade pour faire face à la hausse des prix

Publié le 16 mai 2022 à 8h00 - par

Leviers des collectivités locales dans les territoires, les Epl (Sem, Spl, SemOp) sont confrontées aux mêmes problématiques que les pouvoirs publics. Leur capacité à pouvoir ré(agir) vite aux situations de crise pourrait leur être très utiles pour limiter la casse. Exemples de ripostes dans le Lot ou dans le Grand Lyon.

Les Entreprises publiques locales (Epl) cherchent la parade pour faire face à la hausse des prix

Comment les Entreprises publiques locales font-elles face à la hausse des prix de l’énergie et des matières premières ? Certaines d’entre elles ont adopté des mesures en direction de leurs salariés, pour qu’ils puissent amortir le choc d’une inflation qui ne cesse de croître. Ainsi, la Société publique locale Lot Aide à domicile a décidé de soutenir ses salariés, amenés à recourir plus souvent à leur véhicule pour se rendre sur leur lieu de travail. Consciente de ces difficultés, la Spl a tout simplement modifié son accord d’entreprise, en revalorisant les indemnités kilométriques. L’augmentation sera de 3 centimes par kilomètre pour les salariés qui parcourent le département pour venir en aide aux personnes. Une hausse qui s’apparente à un soutien financier de 46 centimes d’euros par litre de carburant. « La revalorisation prend en compte les kilomètres effectués par les aidants depuis le 1er mars 2022. Elle permettra à la fois de soulager nos salariés et de maintenir le niveau de nos prestations auprès des Lotois et Lotoises, quel que soit leur lieu de résidence », assure Rachidou Diallo, secrétaire général de la Spl.

Accélérer le passage vers les énergies renouvelables

Toujours dans le Lot, département rural très en pointe en matière de transition écologique, le Conseil départemental a récemment décidé d’entrer dans le capital de la Société d’économie mixte Lot énergies nouvelles pour passer au braquet supérieur en termes d’aménagements liés aux énergies renouvelables. Ce sont 540 000 € que va débloquer le département, afin de se positionner sur cette société d’économie mixte créée par la Fédération départementale d’énergies du Lot, et renforcer ainsi son objectif de doubler la production d’énergies renouvelables d’ici 2050 et de réduire la consommation classique d’électricité de 40 % pour l’ensemble des habitants. « Ce sera un outil de production d’énergies renouvelables, qui réaffirme notre ambition, mais encadrera aussi les projets à venir afin que ceux-ci s’intègrent dans l’environnement lotois et répondent à notre charte départementale », affirme Catherine Marlas, Vice-présidente du département en charge de la transition écologique et énergétique. Pour rappel, la charte départementale signée par la quasi-totalité des communautés de communes fixe un cadre aux porteurs de projets photovoltaïque, éolien, hydroélectrique et de méthanisation, pour favoriser leur développement dans des conditions d’acceptabilité du territoire.

Faire de la pédagogie sur la sobriété énergétique

Dans le quartier de Lyon Part-Dieu, le Grand Lyon, Enedis et la Spl (Société publique locale) Lyon Part-Dieu ont signé en février 2022 une convention pour suivre de près les consommations électriques sur le quartier et utiliser ces données pour modifier les comportements des habitants et des entreprises. Voté à la mi-2019, le schéma directeur des énergies de la métropole lyonnaise se fixe l’objectif de baisser de 20 % les consommations d’énergie sur le territoire d’ici à 2013. La convention, d’une durée de deux ans, permettra de suivre de près les consommations électriques de la partie ouest du quartier, comprenant la gare, le centre commercial, les logements et les bâtiments tertiaires. À partir de données collectées sur les pratiques de consommation, un plan d’action sera mis en place. Concrètement, Enedis va installer 11 centrales de mesure des consommations, éparpillées sur 7 des 60 postes de distribution électrique du quartier. Les habitudes de 855 clients, correspondants à des usages mixtes du quartier, seront ainsi disséquées, puis remontées à la métropole. À ce stade, les données récoltées permettront de sensibiliser la population. Mais Enedis considère que de nouveaux services pourraient être proposés aux clients en fonction de leur profil respectif. La Spl Lyon Part-Dieu utilisera ce travail pour mieux paramétrer les réseaux de distribution d’énergie dans un quartier en profonde mutation.

La Fédération des élus des Epl cherche des réponses concrètes

Pour Laure Lachaise, responsable du département mobilité et environnement à la Fédération des élus des Entreprises publiques locales (FedEpl), « l’action de sensibilisation que nous menons auprès de nos adhérents consiste à échanger des pratiques. Par exemple, dans le cadre d’un séminaire que nous organisons le 9 juin prochain, nous allons proposer aux Epl de voir comment, entre elles, sur leur territoire, elles peuvent se rapprocher pour mieux faire face à la réalité de la flambée des prix. Une Epl gestionnaire d’une piscine pourra s’appuyer sur une autre gestionnaire d’un réseau de chaleur. Les synergies sont possibles, il suffit de les faire émerger », assure-t-elle. Difficile pour l’heure pour la FedEpl de mesurer l’impact des mesures. Esteban Pratviel, responsable veille et prospective de la FedEpl, estime dans un récent article écrit sur le site de la fédération que les Epl « intervenant dans l’environnement et les réseaux, dont les activités nécessitent la consommation de matières premières et notamment d’énergie, seront particulièrement touchées par les hausses de prix, bien que toutes les Epl seront concernées. Celles qui exploitent des infrastructures, parfois énergivores, de tourisme, de culture et de loisirs seront en outre sujettes aux incertitudes liées à l’identité de leurs clientèles – internationales, européennes ou nationales – et à leurs pouvoirs d’achat. Les premiers chocs relatifs à la demande devraient être amortis grâce au surplus d’épargne dégagé par les consommateurs au cours des mois précédents. Mais les leviers budgétaires et monétaires mobilisés par les pouvoirs publics auront aussi leur importance », assure-t-il. Un bilan sera fait dans les prochaines semaines pour mieux mesurer l’ampleur du phénomène.

Stéphane Menu