Centralis, la petite centrale d’achats publics voit grand

Commande publique

Lancée en 2018, la centrale d’achats publics Centralis spécialisée dans la rénovation et l’entretien de patrimoine immobilier et foncier a décidé d’étendre son champ d’action à l’ensemble du pays. Une solution clé en main pour les acheteurs publics abonnés.

Jérôme Taconnet, fondateur de Centralis, dirige différentes entreprises publiques soumises au Code de la commande publique. En 2018, avec quelques collectivités territoriales, il décide de lancer Centralis après avoir constaté que les chefs de projets de ses différentes structures devaient lancer des marchés différents pour acheter des prestations identiques. « Je me suis dit qu’il était important d’optimiser notre processus d’achat pour gagner du temps et réduire nos coûts », précise-t-il. Centralis est une centrale d’achat public dédiée aux prestations d’ingénierie et de travaux, régie par l’article L. 2113-2 du Code de la commande publique, « constituée pour mener exclusivement et de manière permanente des actions de  mutualisation d’achat. Elle agit dans un rôle d’intermédiaire : elle mène la passation de marchés publics répondant aux besoins d’autres acheteurs au nom et pour le compte de ces derniers », peut-on lire sur le site dédié. Une vingtaine de catégories de métiers sont disponibles : démolition-désamiantage, gros œuvre, peinture, menuiserie, électricité, chauffage et ventilation, espaces verts… Pour chacune des catégories, un catalogue de prestations est proposé aux acheteurs pour leur permettre de commander directement les quantités souhaitées (exemple : des m2 d’isolation, des unités de portes et fenêtres, des m2 de peinture…).

Abonnement gratuit la première année

Le lancement de cette centrale n’avait pour objectif initial que de faciliter les achats publics des collectivités territoriales et organismes publics fondateurs. Or, de fil en aiguille, d’autres acheteurs publics (mairies, établissements publics, hôpitaux, bailleurs sociaux, etc.) ont fait part à la centrale de leur souhait de rejoindre l’aventure. Idée d’autant plus intéressante que l’union fait la force en matière d’achats publics, et que l’attrait pour la centrale de la part des entreprises, qui répondent aux consultations, augmente si les acheteurs potentiels sont plus nombreux. L’extension du champ d’intervention a donc été actée et une campagne d’inscription a été lancée, qui s’achèvera à la fin juillet 2020.

La première année, l’abonnement sera gratuit et sans engagement, pour permettre aux acheteurs d’apprécier l’intérêt d’un tel outil. Les années suivantes, les communes de moins de 10 000 habitants bénéficieront des services de Centralis pour 1 100 € HT et pour les autres acheteurs publics se sera 9 900 € HT. « Des prix d’abonnements avantageux, que nous continuerons de faire baisser au fur et à mesure que le nombre d’acheteurs grandira », poursuit le président-fondateur de Centralis.

Une formule gagnant-gagnant

Tous les marchés intègrent des critères environnementaux. Centralis met en place des accords-cadres à bons de commande allotis à l’échelle départementale pour les prestations de travaux. Ce choix permet à un maximum d’entreprises de  postuler aux marchés. « Nous constatons qu’en moyenne, les entreprises sont situées à moins d’une heure des opérations ». Centralis repose sur un fonctionnement simple. Sur le site, les acheteurs abonnés remplissent la quantité de prestations dont ils ont besoin et les commandes sont directement envoyées aux entreprises de rang 1 concernées. Si ces dernières ne valident pas la commande dans les 10 jours ou la refusent, la commande est alors envoyée à l’entreprise classée en rang 2, jusqu’au rang 3. C’est ainsi que le système a fait ses preuves ces deux dernières années. En 2019, les acheteurs de la Centrale ont passé plus de 4 M € de commandes ; une soixantaine d’entreprises étaient concernées. Il reste quelques semaines aux acheteurs publics intéressés pour s’inscrire pour la nouvelle édition sur le site : www.centralis.site et pouvoir commencer à utiliser Centralis dès janvier 2021.

Posté le par

Recommander cet article