La directrice de la DAJ promeut les outils pratiques

Commande publique

Il est nécessaire « de mettre en place une charte déontologique dans sa collectivité
», a affirmé la directrice des affaires juridiques Catherine Bergeal lors de son intervention à la session d’étude de l’Association pour l’achat dans les services publics (APASP).

Une charte qui explique quel comportement les acheteurs doivent adopter « quand ils reçoivent un bouquet de fleurs, des invitations à déjeuner, des billets pour l’opéra
», poursuit la directrice qui affirme s’être déjà trouvée dans ce type de situation. Elle indique, par ailleurs, que les acheteurs qui ne prennent pas « plus de cinq jours de vacances consécutifs sont considérés dans un rapport de la Cour des comptes comme suspects
». Cela supposerait qu’ils occupent le terrain pour être présents et répondre aux entreprises.

Autre outil pratique à utiliser d’après la directrice : l’ouverture de la Commission des marchés publics de l’État aux collectivités locales pour les marchés de plus d’un million d’euros. « Son intérêt : les marchés qui seront passés par les collectivités détiendront une sorte de label
», affirme Catherine Bergeal. Rappelons que cette commission est composée de professionnels, du Conseil d’État notamment.

La directrice a souhaité revenir sur les deux points de la directive « Recours » à retenir : « Le référé précontractuel instaure la suspension automatique. Vous n’avez pas le droit de signer le marché. Si vous passez outre, l’annulation en référé contractuel est automatique
», affirme la directrice. Elle rappelle ensuite que si le délai de « standstill » n’est pas respecté, le juge peut « annuler le marché, le raccourcir et infliger des sanctions financières très élevées : jusqu’à 20 % du montant HT du marché.
» Un référé contractuel calqué sur le référé précontractuel : « Nous voulions une procédure rapide. Nous avons fait le choix de ne pas mettre en place de système d’appel. C’est un système original même si techniquement assez complexe
», a-t-elle affirmé.

L'analyse des spécialistes

  • Rupture conventionnelle dans la fonction publique : les précisions de la décision n°2020-860 QPC Fonction publique

    Rupture conventionnelle dans la fonction publique: les précisions de la décision n°2020-860 QPC

    21/10/20
    En rappelant que la rupture conventionnelle « ne peut être imposée par l'une ou l'autre des parties », dans sa décision n° 2020-860 QPC, le Conseil constitutionnel souligne la nature contractuelle de cette procédure et affirme que tout fonctionnaire peut alors être assisté par l'organisation syndicale de son choix, qu'elle soit représentative ou non.
  • Quelle CDIsation des agents contractuels dans la fonction publique territoriale ? Statut

    Quelle “CDIsation” des agents contractuels dans la fonction publique territoriale ?

    19/10/20
    Le droit de la fonction publique reconnait le principe du recours aux contrats à durée indéterminée (CDI) et autorise le recrutement de contractuels sur des postes permanents. Depuis la moitié des années 2000, il y a eu une multiplication des agents contractuels à durée indéterminée, ce qui constitue une exception au principe d'exclusivité de l'occupation des emplois publics permanents par des fonctionnaires. La loi du 6 août 2019 relative à la transformation de la fonction publique et le décret n° 2019-1414 du 19 décembre 2019 renforcent cette tendance dans la fonction publique territoriale.
  • Eau et assainissement, quel avenir pour les syndicats infra-communautaires après le 30 septembre 2020 ? Intercommunalité

    Eau et assainissement, quel avenir pour les syndicats infra-communautaires après le 30 septembre 2020 ?

    02/10/20
    Au 1er octobre 2020, le sort des syndicats de communes exerçant cette compétence à la date du transfert de la compétence à une communauté de communes ou communauté d'agglomération semble partiellement scellé.
  • Tous les articles juridiques