Seuil des 20 000 euros : l’avis de Jérôme Grand d’Esnon

Commande publique

L’avocat et ancien directeur des affaires juridiques de Bercy, Jérôme Grand d’Esnon, s’est exprimé au colloque de l’UGAP sur l’arrêt du Conseil d’État mettant à mort le seuil des 20 000 euros et sur la directive « Recours » et les contrats de concession de travaux.

Sur l’arrêt du 10 février 2010 dit Perez
(req. n° 329100)
: « Cet arrêt du Conseil d’État est consternant à cause du signal qu’il transmet. Il signifie que le travail d’un acheteur public est de respecter des principes, alors que derrière ces principes, il y a l’achat
. » L’avocat a conseillé d’utiliser la démarche de l’accord-cadre pour les petits achats entre 4 000 et 20 000 euros. Sur la directive « Recours », il a rappelé, concernant le référé contractuel, que l’avis d’attribution doit être un réflexe permanent pour se mettre à l’abri de ce référé. « Il vaut pour tous les contrats, mais
quid des marchés à procédure adaptée sur lesquels un silence hypocrite plane ?
»

Concernant les partenariats public-privé, il estime l’arsenal juridique très complet : « Nous avons ce qu’il faut pour être opérationnels.
» En revanche, il avoue que l’ordonnance sur les contrats de concession de travaux publics l’a laissé perplexe. « Je me demande quelle est la limite avec la loi Sapin !
» Pour lui, les définitions de la concession de travaux et du partenariat public-privé se ressemblent. Une similitude encore plus importante avec la délégation de service public (DSP) sous sa forme de concession : « Cette délégation de service public comprend une subvention d’équilibre pour couvrir le déficit de l’exploitation, mais pour moi, elle est l’équivalent d’un prix. Or la concession de travaux est définie comme un contrat dont la rémunération consiste soit dans le droit d’exploiter l’ouvrage, soit dans ce droit assorti d’un prix.
»

L'analyse des spécialistes

  • Rupture conventionnelle dans la fonction publique : les précisions de la décision n°2020-860 QPC Fonction publique

    Rupture conventionnelle dans la fonction publique: les précisions de la décision n°2020-860 QPC

    21/10/20
    En rappelant que la rupture conventionnelle « ne peut être imposée par l'une ou l'autre des parties », dans sa décision n° 2020-860 QPC, le Conseil constitutionnel souligne la nature contractuelle de cette procédure et affirme que tout fonctionnaire peut alors être assisté par l'organisation syndicale de son choix, qu'elle soit représentative ou non.
  • Quelle CDIsation des agents contractuels dans la fonction publique territoriale ? Statut

    Quelle “CDIsation” des agents contractuels dans la fonction publique territoriale ?

    19/10/20
    Le droit de la fonction publique reconnait le principe du recours aux contrats à durée indéterminée (CDI) et autorise le recrutement de contractuels sur des postes permanents. Depuis la moitié des années 2000, il y a eu une multiplication des agents contractuels à durée indéterminée, ce qui constitue une exception au principe d'exclusivité de l'occupation des emplois publics permanents par des fonctionnaires. La loi du 6 août 2019 relative à la transformation de la fonction publique et le décret n° 2019-1414 du 19 décembre 2019 renforcent cette tendance dans la fonction publique territoriale.
  • Eau et assainissement, quel avenir pour les syndicats infra-communautaires après le 30 septembre 2020 ? Intercommunalité

    Eau et assainissement, quel avenir pour les syndicats infra-communautaires après le 30 septembre 2020 ?

    02/10/20
    Au 1er octobre 2020, le sort des syndicats de communes exerçant cette compétence à la date du transfert de la compétence à une communauté de communes ou communauté d'agglomération semble partiellement scellé.
  • Tous les articles juridiques