Menu actualité

Thématiques

Éclairage, PME, numérique : de nouveaux objectifs pour les certificats d’économies d’énergie

Publié le 18 février 2022 à 7h45 - par

Le dispositif des « certificats d’économies d’énergie » (CEE), qui oblige les énergéticiens à financer des opérations en ce sens, concernera désormais aussi l’éclairage public, la sobriété numérique ou encore les TPE-PME, selon des programmes annoncés jeudi 17 février 2022 par le ministère de la Transition écologique.

Éclairage, PME, numérique : de nouveaux objectifs pour les certificats d'économies d'énergie

Le système des CEE contraint depuis 2006 les vendeurs d’énergie (EDF, Engie, Total, etc.) à soutenir des actions de type rénovation thermique, changement de chaudières et autres coups de pouce vélo, sous peine de fortes pénalités. Particuliers, entreprises ou encore communes peuvent en bénéficier.

Cinq nouveaux projets, représentant un investissement de près de 100 millions d’euros, ont été choisis pour leur efficience, selon le ministère.

Le programme « Sonum » (pour Sobriété numérique) prévoit, pour 15 millions d’euros, des actions de formation en universités, entreprises et collectivités, alors que le numérique représente 2,5 % des émissions de gaz à effet de serre.

Le programme Baisse les Watts (26 millions d’euros) veut sensibiliser 700 000 PME et TPE à réduire leur consommation d’électricité.

Un autre doit pousser les collectivités à agir sur l’éclairage public, qui absorbe plus de 40 % de leur consommation de courant et pèse sur la pointe de la demande électrique globale du début de soirée. Objectif : rénover environ un tiers des 10 millions de points lumineux du parc français.

Les CEE sont entrés en début d’année dans leur 5e période (2022-2025), avec des objectifs d’économies d’énergie accrus de 17 % par rapport à la précédente : 2 500 térawattheures (TWh), dont 730 au bénéfice de ménages en situation de précarité énergétique.

Selon le ministère, ce système permet chaque année un à deux millions d’opérations. Il porte toujours très largement sur la rénovation des bâtiments et veut désormais pousser les « rénovations globales », plutôt que les petits travaux.

Depuis 2019 notamment, un « coup de pouce chauffage » a permis aux ménages d’engager un million de travaux, et d’économiser 600 millions d’euros annuels sur leurs factures énergétiques. Sur trois ans, les coups de pouce chauffage et isolation ont représenté des primes versées d’un peu plus de 4 milliards d’euros.

Les associations de consommateurs ont de leur côté critiqué les CEE, jugés complexes et donnant lieu à des fraudes.

Dans son bilan, le ministère met en avant un accroissement des contrôles.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2022