Les syndicats des fonctionnaires boycottent toutes les réunions sur la réforme

Dialogue social

Huit des neufs syndicats des fonctionnaires ont boycotté mercredi 6 mars 2019 le Conseil commun de la fonction publique, dernier des quatre organes consultatifs où ils ont pratiqué la politique de la chaise vide pour protester contre « les dangers » du projet de loi présenté par Bercy.

Après avoir obtenu des délais supplémentaires pour déposer des amendements au texte à l’issue des boycotts de trois « conseils supérieurs » les 27 février, 4 et 5 mars (respectivement pour la fonction publique territoriale, hospitalière et de l’État), les organisations syndicales ont de nouveau refusé ce mercredi de siéger au Conseil commun, à l’exception de la CFDT.

La séance a donc été reportée à la semaine prochaine, a indiqué à l’AFP Mylène Jacquot, représentante de la CFDT fonction publique à l’issue du « CCFP », où son organisation était présente « pour marquer et exprimer ses désaccords ».

Les syndicats ont désormais jusqu’à mi-mars pour proposer de nouvelles modifications du projet de loi, qui s’accompagne notamment d’un plan de suppression de 120 000 postes de fonctionnaires d’ici 2022, et que le gouvernement a prévu de faire passer en Conseil des ministres à la fin du mois, en vue d’une adoption avant l’été.

Les représentants des fonctionnaires ont rappelé mercredi lors d’une conférence de presse en banlieue parisienne « les dangers que recèle ce projet de loi », dénonçant notamment le recours accru aux contractuels prévu par le texte, ou encore la notion de rémunération au mérite et l’« affaiblissement des instances de représentation des personnels ».

« Ce que l’on veut à travers ce boycott, c’est alerter pour dire (…) vous jouez avec le feu. On ne fera pas semblant de participer à un dialogue social qui n’en a que le nom », a fustigé Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU fonction publique, 5e syndicat de la branche.

À l’inverse, le secrétaire d’État Olivier Dussopt, chargé de la réforme, a mis en avant dans un communiqué « son attachement au dialogue social et son souhait de poursuivre la concertation avec les organisations syndicales » amorcée il y a un an. Il en veut pour preuve les délais accordés à ces dernières, alors qu’il n’en avait « aucune obligation ».

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2019

 

REJOIGNEZ LE RÉSEAU DE L’EMPLOI PUBLIC

Accélérez votre carrière et favorisez votre mobilité avec weka.jobs !
En un clic retrouvez les offres d’emploi qui vous correspondent proposées par les établissements publics de votre région et, grâce à un réseau de + de 120 000 professionnels, rentrez directement en contact avec vos futurs collègues.

Découvrir le réseau

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum