Fonctionnaire : l'inscription au tableau d'avancement d'un agent bien noté peut-elle être de droit ?

Droits et obligations

Non : l’inscription au tableau d’avancement d’un fonctionnaire ne constitue pas un droit et relève d’une appréciation comparée et approfondie des seuls mérites et de la qualité des services des agents promouvables.

Dans un arrêt en date du 18 janvier 2011, la Cour administrative d’appel de Paris considère que l’inscription au tableau d’avancement d’un fonctionnaire ne constitue pas un droit et relève d’une appréciation comparée et approfondie des seuls mérites et de la qualité des services des agents promouvables. En l’espèce, il ne ressort pas des pièces du dossier qu’en approuvant, le 4 mai 2006, le tableau d’avancement au grade de brigadier de police, sur lequel le nom de M. A ne figure pas, le ministre de l’Intérieur n’aurait pas examiné les mérites comparés des fonctionnaires remplissant les conditions pour bénéficier de leur inscription, et aurait pris en compte des critères étrangers à la valeur professionnelle des agents promouvables. Si M. A fait valoir qu’il a obtenu une excellente notation au titre de l’année 2006, postérieurement à l’établissement du tableau d’avancement, et que sa notation au titre des années antérieures et son ancienneté étaient supérieures à celles des autres candidats, il n’établit cependant pas, par les seuls documents qu’il produit, que le ministre aurait commis une erreur manifeste d’appréciation en refusant de le nommer à ce grade en 2006. Dès lors, le ministre de l’Intérieur a légalement pu rejeter implicitement la demande que M. A a formée à ce titre le 9 octobre 2006 et n’a par voie de conséquence pas commis de faute de nature à engager la responsabilité de l’État en refusant de nommer l’intéressé au grade de brigadier de police.

André Icard

Texte de référence : Cour Administrative d’Appel de Paris, 4e Chambre, 18 janvier 2011, n° 09PA06528, Inédit au recueil Lebon.

Source : publié sur andre.icard.

L'analyse des spécialistes

  • Administration

    La mise en place du répertoire électoral unique au 1er janvier 2019

    21/12/18
    La loi n° 2016-1048 du 1er août 2016 rénovant les modalités d'inscription sur les listes électorales a réformé les conditions d'inscription sur les listes électorales et la procédure de traitement des demandes d'inscription, en en facilitant les modalités et en créant le répertoire électoral unique1. Retour et explications sur ce dispositif.
  • Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales Urbanisme

    Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales

    11/12/18
    L'effondrement récent de deux immeubles d'habitation au centre-ville de Marseille réinterroge les acteurs publics et la population sur les pouvoirs de police du maire en matière d'habitat dégradé. En effet, quel que soit le propriétaire du bâtiment, dès lors qu'il constitue une menace pour la sécurité publique, il ne peut pas échapper au contrôle et à l'intervention de la sphère publique.
  • La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l'état civil Administration

    La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l’état civil

    29/10/18
    Intimement lié à la linguistique et obéissant aux règles grammaticales propres à chaque langue, l'usage du signe diacritique est devenu, entre les défenseurs du français et les tenants des langues régionales*, un sujet polémique qui a des implications jusque dans  l'établissement des actes de l'état civil.
  • Tous les articles juridiques