Le Conseil d'État tranche un litige sur la titularisation d'un Atsem

Droits et obligations

À l’occasion d’une récente décision, le Conseil d’État a confirmé l’injonction faite à un maire de statuer à nouveau sur la titularisation d’un agent.

Un agent qui s’était vu refuser sa titularisation comme agent territorial spécialisé des écoles maternelles (Atsem) à l’issue de son stage dans les écoles de la commune de Sathonay Camp (Rhône, 4 339 habitants) a porté l’affaire devant le juge administratif.

Le Conseil d’État vient de confirmer la suspension de l’arrêté litigieux par le tribunal administratif de Lyon pour deux motifs : l’urgence de la situation de l’intéressé et un doute sérieux sur la légalité de l’arrêté.

Urgence et doute sérieux sur la légalité de l’arrêté

Pour les sages du Palais-Royal, le juge des référés n’a pas commis d’erreur en considérant que l’arrêté contesté avait pour effet de priver l’agent de son emploi et de sa rémunération, ainsi que du bénéfice de sa réussite au concours d’Atsem, « alors de surcroît que les ressources de son foyer étaient réduites, et que la condition d’urgence se trouvait pour ces motifs remplie ». D’autant qu’il ressort également des pièces du dossier que la prolongation du stage de l’agent, effectuée auprès de la directrice de l’école, « ne correspondait pas, en ce qui concerne les tâches qui lui étaient confiées, à une situation normale au regard des dispositions du décret du 28 août 1992 relatif au statut des Atsem ».

Réintégration de l’agent

Voilà qui a suffi au juge administratif suprême pour confirmer la suspension de l’arrêté du maire et l’injonction qui lui a été faite de réintégrer l’agent dans un délai de six semaines à compter de la notification de ladite ordonnance et de statuer à nouveau sur sa titularisation à l’issue, le cas échéant, de la prolongation de son stage dans les conditions statutaires.
 

Franck Vercuse

Texte de référence :

Décision du Conseil d’État du 17 mars 2010, requête n° 330587

L'analyse des spécialistes

  • Rupture conventionnelle dans la fonction publique : les précisions de la décision n°2020-860 QPC Fonction publique

    Rupture conventionnelle dans la fonction publique: les précisions de la décision n°2020-860 QPC

    21/10/20
    En rappelant que la rupture conventionnelle « ne peut être imposée par l'une ou l'autre des parties », dans sa décision n° 2020-860 QPC, le Conseil constitutionnel souligne la nature contractuelle de cette procédure et affirme que tout fonctionnaire peut alors être assisté par l'organisation syndicale de son choix, qu'elle soit représentative ou non.
  • Quelle CDIsation des agents contractuels dans la fonction publique territoriale ? Statut

    Quelle “CDIsation” des agents contractuels dans la fonction publique territoriale ?

    19/10/20
    Le droit de la fonction publique reconnait le principe du recours aux contrats à durée indéterminée (CDI) et autorise le recrutement de contractuels sur des postes permanents. Depuis la moitié des années 2000, il y a eu une multiplication des agents contractuels à durée indéterminée, ce qui constitue une exception au principe d'exclusivité de l'occupation des emplois publics permanents par des fonctionnaires. La loi du 6 août 2019 relative à la transformation de la fonction publique et le décret n° 2019-1414 du 19 décembre 2019 renforcent cette tendance dans la fonction publique territoriale.
  • Eau et assainissement, quel avenir pour les syndicats infra-communautaires après le 30 septembre 2020 ? Intercommunalité

    Eau et assainissement, quel avenir pour les syndicats infra-communautaires après le 30 septembre 2020 ?

    02/10/20
    Au 1er octobre 2020, le sort des syndicats de communes exerçant cette compétence à la date du transfert de la compétence à une communauté de communes ou communauté d'agglomération semble partiellement scellé.
  • Tous les articles juridiques