Peut-on à nouveau sanctionner un fonctionnaire si une première sanction a été annulée pour illégalité externe ?

Droits et obligations

Oui : l’annulation d’un arrêté portant révocation d’un fonctionnaire pour un motif de légalité externe ne fait pas obstacle à ce que l’administration engage à l’encontre du requérant une nouvelle procédure disciplinaire, pour les mêmes motifs que ceux sur lesquels était fondée la première sanction.

Dans un arrêt en date du 2 décembre 2010, la Cour administrative d’appel de Bordeaux a jugé que l’annulation d’un arrêté portant révocation d’un fonctionnaire pour un motif de légalité externe ne faisait pas obstacle à ce que l’administration engage à l’encontre du requérant une nouvelle procédure disciplinaire, pour les mêmes motifs que ceux sur lesquels était fondée la première sanction. En l’espèce, eu égard au caractère récent de la réintégration de M. X, l’administration n’a entaché sa décision ni d’erreur de droit, ni d’erreur manifeste d’appréciation en se fondant exclusivement sur le refus d’obéissance et le refus persistant d’effectuer son service, opposé par M. X entre 2002 et 2004, à l’exclusion de tout fait nouveau intervenu après l’arrêté annulé du 13 décembre 2004. Ainsi, la circonstance qu’aucun reproche n’a été fait à M. X depuis sa réintégration et sa nouvelle affectation à l’Université de Bordeaux est sans influence sur la légalité de la nouvelle sanction disciplinaire prise à l’encontre du requérant.

André Icard

Texte de référence : Cour Administrative d’Appel de Bordeaux, 6e Chambre (formation à 3), 02/12/2010, 10BX00852, Inédit au recueil Lebon.

Source : publié sur andre.icard.

L'analyse des spécialistes

  • Dispositions transitoires concernant les réunions des organes délibérants des collectivité locales : que dit le projet de loi ? Élus

    Crise sanitaire : prolongement des mesures dérogatoires relatives aux réunions des organes délibérants des collectivités locales

    24/09/20
    Le projet de loi prorogeant le régime transitoire institué à la sortie de l'état d'urgence sanitaire déposé par le gouvernement était initialement muet sur les mesures concernant le fonctionnement des assemblées délibérantes des collectivités et de leurs établissements publics. Le texte de la Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la République1 précise les conditions de tenue des réunions des organes délibérants jusqu'au 1er avril 2021.
  • Pouvoirs des préfets en matière de lutte contre l'artificialisation des sols : que prévoit la circulaire du 24 août 2020 ? Urbanisme

    Pouvoirs des préfets en matière de lutte contre l’artificialisation des sols : que prévoit la circulaire du 24 août 2020 ?

    18/09/20
    La circulaire du 24 août 20201 prise par le Premier ministre rappelle le rôle des préfets en matière d'aménagement commercial dans le cadre de la lutte contre l'artificialisation des sols.
  • Insultes et agressions envers des élus locaux : que prévoit la circulaire “Dupont-Moretti” ? Élus

    Insultes et agressions envers des élus locaux : que prévoit la circulaire “Dupont-Moretti” ?

    11/09/20
    La circulaire relative au traitement judiciaire des infractions commises à l’encontre des personnes investies d’un mandat électif et au renforcement du suivi judiciaire des affaires pénales les concernant, dite « Dupont-Moretti », en date du 7 septembre 2020, renforce les protections des élus locaux dans un contexte où plusieurs maires ont été agressés cet été.
  • Tous les articles juridiques