Paiement des factures : la règle générale des 30 jours adoptée en Europe

Exécution des marchés

 Le 20 octobre 2010, le Parlement européen a voté en séance plénière la règle des 30 jours pour le paiement d’une facture. Le secteur public devra payer ses fournisseurs dans ce délai. Les établissements de santé ont une dérogation. 

Le vote du Parlement européen entérine la révision de la directive européenne sur les retards de paiement en instaurant un délai maximum de 30 jours pour le règlement des factures.

Toutefois, entre le secteur public et les entreprises, « si les deux parties souhaitent étendre le délai de paiement, toute prolongation devra être expressément convenue et objectivement justifiée à la lumière de la nature ou des caractéristiques particulières du contrat », peut-on lire dans le communiqué du Parlement.

Lors de la transposition du texte en droit interne, les États membres pourront par ailleurs conserver un délai de 60 jours pour les établissements de santé.

Le taux d’intérêt légal applicable en cas de retard de paiement sera calculé à partir du taux de référence majoré d’au moins 8 %. Et la période de vérification de la conformité des produits et services avant règlement ne pourra elle-même excéder 30 jours.

L’entrée en vigueur de cette mesure attend encore un accord formel du Conseil et une publication au Journal officiel de l’UE. Les États auront alors deux ans pour la transposer dans leur législation nationale. Mais le rapporteur du texte devant le Parlement, la députée allemande Barbara Weiler (groupe socialiste et démocrate), a souligné qu’il « n‘était pas du tout dans l’intention du Parlement que la période de mise en œuvre dure deux ans. La transposition dans les États membres devrait commencer en janvier ».

Bénédicte Rallu

L'analyse des spécialistes

  • Dispositions transitoires concernant les réunions des organes délibérants des collectivité locales : que dit le projet de loi ? Élus

    Crise sanitaire : prolongement des mesures dérogatoires relatives aux réunions des organes délibérants des collectivités locales

    24/09/20
    Le projet de loi prorogeant le régime transitoire institué à la sortie de l'état d'urgence sanitaire déposé par le gouvernement était initialement muet sur les mesures concernant le fonctionnement des assemblées délibérantes des collectivités et de leurs établissements publics. Le texte de la Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la République1 précise les conditions de tenue des réunions des organes délibérants jusqu'au 1er avril 2021.
  • Pouvoirs des préfets en matière de lutte contre l'artificialisation des sols : que prévoit la circulaire du 24 août 2020 ? Urbanisme

    Pouvoirs des préfets en matière de lutte contre l’artificialisation des sols : que prévoit la circulaire du 24 août 2020 ?

    18/09/20
    La circulaire du 24 août 20201 prise par le Premier ministre rappelle le rôle des préfets en matière d'aménagement commercial dans le cadre de la lutte contre l'artificialisation des sols.
  • Insultes et agressions envers des élus locaux : que prévoit la circulaire “Dupont-Moretti” ? Élus

    Insultes et agressions envers des élus locaux : que prévoit la circulaire “Dupont-Moretti” ?

    11/09/20
    La circulaire relative au traitement judiciaire des infractions commises à l’encontre des personnes investies d’un mandat électif et au renforcement du suivi judiciaire des affaires pénales les concernant, dite « Dupont-Moretti », en date du 7 septembre 2020, renforce les protections des élus locaux dans un contexte où plusieurs maires ont été agressés cet été.
  • Tous les articles juridiques