Prestation d'étude : l'erreur de diagnostic sanctionnée

Exécution des marchés

Dans une décision du 9 avril 2010, le Conseil d’État a déclaré responsable un prestataire qui avait remis une étude erronée à propos de la charpente d’un bâtiment.

 

La responsabilité d’une entreprise productrice d’une étude ne prend pas fin avec le contrat. Elle court au-delà. « Si l’exécution de l’obligation du débiteur d’une prestation d’étude prend normalement fin avec la remise de son rapport et le règlement par l’administration du prix convenu, sa responsabilité reste cependant engagée, en l’absence de toute disposition ou stipulation particulière applicable à ce contrat, à raison des erreurs ou des carences résultant d’un manquement aux diligences normales attendues d’un professionnel pour la mission qui lui était confiée », a jugé la haute juridiction administrative dans sa décision du 9 avril.

Dans l’affaire sur laquelle porte l’arrêt, la ville de Levallois-Perret (63000 habitants, Hauts-de-Seine) avait commandé une étude pour apprécier la solidité d’un bâtiment. Le prestataire avait conclu «  au bon état de la charpente, se bornant à recommander un traitement insecticide et fongicide ». Les expertises ont montré par la suite un « mauvais état général » de la charpente… Or cet état « n’aurait pas dû échapper à la société CEP, professionnel dont la mission était précisément d’expertiser cette charpente », ont estimé les juges du Palais-Royal. Ils ont donc décidé d’indemniser la collectivité à hauteur des préjudices financiers qu’elle a pu démontrer (en l’espèce les frais d’une nouvelle étude et les frais d’expertise).

Bénédicte Rallu

Texte de référence :

Téléchargez le document au format pdf CE 9 avril 2010, Commune de Levallois-Perret, n° 309662

L'analyse des spécialistes

  • Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales Urbanisme

    Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales

    11/12/18
    L'effondrement récent de deux immeubles d'habitation au centre-ville de Marseille réinterroge les acteurs publics et la population sur les pouvoirs de police du maire en matière d'habitat dégradé. En effet, quel que soit le propriétaire du bâtiment, dès lors qu'il constitue une menace pour la sécurité publique, il ne peut pas échapper au contrôle et à l'intervention de la sphère publique.
  • La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l'état civil Administration

    La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l’état civil

    29/10/18
    Intimement lié à la linguistique et obéissant aux règles grammaticales propres à chaque langue, l'usage du signe diacritique est devenu, entre les défenseurs du français et les tenants des langues régionales*, un sujet polémique qui a des implications jusque dans  l'établissement des actes de l'état civil.
  • Quelles sont les règles régissant les modalités d'affichage publicitaire sur les monuments historiques ? Urbanisme

    Quelles sont les règles régissant les modalités d’affichage publicitaire sur les monuments historiques ?

    05/09/18
    Les Journées du patrimoine, les 15 et 16 septembre prochains seront l'occasion de découvrir des monuments historiques méconnus ou habituellement fermés au public. Certains d'entre eux, en cours de restauration, ne seront pas ouverts au public, dissimulés derrière des échafaudages, voire de grandes bâches publicitaires qui ne font pas toujours l'unanimité. Il faut savoir que l'affichage publicitaire sur un monument historique est très encadré juridiquement ce qui n'empêche pas un recours accru à son utilisation révélant parfois certains abus.
  • Tous les articles juridiques