Outremer : l’AFD a octroyé 1,57 milliard d’euros à des projets publics ou privés en 2015

Finances locales

L’Agence française de développement (AFD) a, en 2015, octroyé 190 prêts pour un montant de 1,57 milliard d’euros à des projets publics ou privés ultramarins, soit l’équivalent de 3 % du PIB des Outremer, selon son bilan annuel présenté mardi 12 avril.

« Pour la troisième année consécutive, l’engagement de l’agence en Outremer dépasse le seuil du milliard et demi d’euros », après 1,51 milliard en 2013 et 1,55 en 2014, a souligné devant la presse Laurence Breton-Moyet, directrice exécutive en charge des opérations.

L’Outremer représente toujours 19 % de l’activité de l’AFD. La Réunion a perçu le plus de financements (392 millions d’euros, soit 25 % de l’activité), devant la Martinique (350 millions d’euros), la Guadeloupe/Saint-Martin/Saint-Barthélémy (283 millions d’euros) et la Polynésie française (189 millions d’euros). Arrivent ensuite la Nouvelle-Calédonie (151 millions d’euros), la Guyane (94 millions), Les Terres australes et antarctiques françaises (50 millions), Mayotte (37 millions), Wallis-et-Futuna (22 millions) et Saint-Pierre-et-Miquelon (0,1 million d’euros).

Le secteur public a perçu 51 % de ces financements (805 millions), notamment via des prêts bonifiés par l’État, pour les régions, les départements et les communes, notamment les petites communes et celles présentant des difficultés d’emprunt.

L’AFD apporte un soutien financier à plus de trois collectivités locales ultramarines sur quatre. Établissements publics, sociétés d’économie mixte, hôpitaux et établissements médico-sociaux en ont aussi bénéficié.

L’AFD a par exemple financé la modernisation des équipements du CHU de la Réunion (35 millions d’euros), le programme d’investissement de la région Guadeloupe (60 millions d’euros), notamment pour la reconstruction d’un lycée ou des travaux d’un barrage, ou un programme d’investissement de la communauté d’agglomération du centre littoral de Guyane pour un projet d’alimentation en eau potable d’un village isolé (200 000 millions d’euros), a détaillé Fabrice Richy, directeur du département Outremer.

Le secteur privé a reçu 765 millions d’euros, notamment via des prestations pour le compte de BPI France (La Banque publique d’investissement), pour 547 millions d’euros.

Ainsi, 4,1 millions d’euros ont financé la construction d’un cinéma multiplexe à Pointe-à-Pitre, 50 millions d’euros l’acquisition et la construction d’un nouveau navire logistique polaire pour les Terres australes et antarctiques françaises et 14,5 millions d’euros ont été octroyés au premier opérateur privé de logement social de Polynésie.

Les principaux secteurs d’intervention sont le secteur productif (acteurs économiques privés 710 millions d’euros), l’aménagement urbain et l’équipement (422 millions d’euros), la cohésion sociale (santé, médico-social, logement, etc, 233 millions d’euros) et l’environnement (204 millions d’euros).

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2016

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum