Pas de ministère de la Fonction publique : « il faut corriger cela »

Fonction publique

La suppression du ministère de la Fonction publique « est une erreur » qu’il faut « corriger », a estimé vendredi 19 mai le président du Conseil supérieur de la fonction publique territoriale (CSFPT) Philippe Laurent.

« C’est, sinon une faute, au moins une erreur. Rattacher la Fonction publique aux comptes publics, ça veut dire que l’on considère les 5,4 millions de fonctionnaires comme une dépense. Il faut corriger cela, ça peut être corrigé », a déclaré à l’AFP M. Laurent, également maire UDI de Sceaux et secrétaire général de l’association des Maires de France (AMF).

« Ça aurait été faire preuve d’un vrai réformisme que de la rattacher au ministère du Travail parce qu’on a, dans la Fonction publique, de vrais sujets en matière de dialogue social, de management, d’organisation, qui sont au moins aussi importants que les questions du statut », a-t-il ajouté.

M. Laurent estime à cet égard que Gérald Darmanin, ministre de  l’Action et des Comptes publics qui pilotera les comptes publics (budget) et sociaux (comptes de la Sécu) ainsi que la Fonction publique et la Réforme de l’État, « ne pourra pas » être « l’interlocuteur politique » dont ont besoin les fonctionnaires, en raison de l’étendue de ses prérogatives.

« Cher Philippe Laurent, je suis toujours disponible pour la Fonction publique. Rendez-vous au ministère en début de semaine ? », a répondu vendredi soir le ministre sur Twitter.

Pour le président du CSFPT, supprimer 120 000 postes de fonctionnaires dont 70 000 dans la Fonction publique territoriale, comme le souhaite Emmanuel Macron, « n’est pas (non plus) la bonne démarche ». « C’est une contrainte qu’on fixe, ce n’est pas une démarche politique », dit-il.

S’il n’est pas opposé par principe à une telle réduction, « la question principale, dit-il, est de déterminer le périmètre du service public », et d’en laisser « la responsabilité aux élus locaux » dont « l’État doit faciliter la tâche ».

À cette fin, « clarifier la question des financements » doit être une « mesure prioritaire » du gouvernement, estime-t-il, en citant notamment la nécessité d’une meilleure répartition des grands impôts (TVA, revenu, CSG…) entre l’État et les grandes collectivités. « C’est la question de fond qui conditionne la stabilité des budgets locaux, l’autonomie et la gestion des collectivités locales ».

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2017

 

REJOINDRE LA COMMUNAUTÉ ETOILE.FR

Imaginez un réseau qui vous ressemble, 100 % dédié à la Fonction Publique, basé sur l'échange et le partage entre pairs.
Rejoignez la Communauté ETOILE.fr et faites avancer vos métiers en contribuant à leur promotion et à la valorisation de vos territoires.

Rejoindre Etoile

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum