Reclassement : l’employeur est-il tenu de proposer des postes sans rapport avec la qualification et le rang de l’agent?

Fonction publique

Non : l’obligation d’examiner les possibilités de reclassement d’un agent « tant sur des emplois équivalents que sur des emplois de rang hiérarchique inférieur » ne saurait être interprétée comme faisant obligation au président de la CCI, préalablement à tout licenciement pour suppression d’emploi, d’examiner les possibilités de reclassement de l’agent concerné sur des postes sans rapport avec sa qualification et son rang hiérarchique.

Il résulte de la combinaison des dispositions des articles 35-1 et 35-3 du statut du personnel administratif des chambres de commerce et d’industrie (CCI) qu’avant de prononcer le licenciement pour suppression d’emploi d’un agent soumis au statut du personnel des CCI, il appartient à la compagnie consulaire d’examiner les possibilités de reclassement de cet agent notamment en son sein, tant sur des emplois équivalents que sur des emplois de rang hiérarchique inférieur.

Dans son arrêt en date du 1er août 2013, le Conseil d’État précise que toutefois, ces dispositions ne sauraient être interprétées comme faisant obligation au président de la CCI, préalablement à tout licenciement pour suppression d’emploi, d’examiner les possibilités de reclassement de l’agent concerné sur des postes sans rapport avec sa qualification et son rang hiérarchique.
 

André Icard
 

Texte de référence : Conseil d’État, 3e et 8e sous-sections réunies, 1er août 2013, n° 357852

 

Source : publié sur andre.icard

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum