Services publics: 47% des Français estiment qu'internet prend trop de place

Fonction publique

Près de la moitié des Français (47 %) jugent la dématérialisation des services publics trop importante et estiment qu’il n’y a plus assez de possibilité de contact direct avec l’administration, selon un sondage Harris Interactive, rendu public lundi.

Selon cette enquête publiée à l’occasion d’un colloque baptisé « Nouvelles attentes, nouveaux services : une nouvelle donne public-privé » et organisé par l’éditeur de logiciels Berger-Levrault, seuls 25 % des Français jugent qu’il faudrait pouvoir effectuer plus de démarches sur internet, le dernier quart se disant satisfait de la situation actuelle. Même si 58 % des Français reconnaissent l’aspect pratique des services publics en ligne, pour 57 % d’entre eux, ils offrent un moins bon service qu’une rencontre directe. Et 62 % des personnes interrogées font valoir qu’il est plus difficile de poser des questions sur internet qu’au guichet ou au téléphone.

Les Français sont plus partagés sur la facilité d’accès aux services en ligne, 47 % les jugeant difficiles à utiliser, contre 49 % qui trouvent l’utilisation aisée. Quoi qu’il en soit, pour 73 % des personnes interrogées, l’accès aux services publics en ligne n’est pas adapté à toutes les catégories de la population.

Le gouvernement souhaite permettre aux usagers des services publics de réaliser 80 % de leurs démarches administratives sur Internet d’ici la fin 2011. Les démarches en ligne permettent d’ores et déjà aux usagers de faire de multiples opérations, comme remplir leur déclaration d’impôts, s’inscrire sur les listes électorales ou encore officialiser un changement d’adresse. Le sondage a été réalisé par téléphone du 29 au 31 mai auprès d’un échantillon représentatif de 984 personnes majeures, selon la méthode des quotas.

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2011

L'analyse des spécialistes

  • Loi Élan : focus sur le PLU Urbanisme

    Loi Élan : focus sur le PLU

    18/04/19
    La loi n° 2018-1021 du 23 novembre 2018 portant sur l’évolution du logement, de l’aménagement et du numérique, dite loi Élan, contient un certain nombre de dispositions relatives aux documents d’urbanisme, et plus particulièrement au plan local d’urbanisme (PLU).
  • La loi Élan emporte des ajustements ponctuels sur les procédures d’urbanisme et les documents de planification Urbanisme

    La loi Élan emporte des ajustements ponctuels sur les procédures d’urbanisme et les documents de planification

    16/04/19
    La loi Élan du 23 novembre 2018 participe de la stratégie « logement » initiée par le gouvernement. Elle s’articule autour de quatre objectifs politiques : construire plus, mieux et moins cher ; faire évoluer le logement social ; répondre aux besoins de chacun ; améliorer le cadre de vie.
  • Les apports de la loi Élan quant à l'urbanisation du littoral Urbanisme

    Les apports de la loi Élan quant à l’urbanisation du littoral

    05/04/19
    La loi Élan est entrée en vigueur le 25 novembre 2018. Certaines de ses dispositions concernent notamment les communes du bord de mer puisqu'elles viennent assouplir la loi Littoral en permettant l’urbanisation du littoral. Jean-Baptiste Dubrulle, Avocat associé, et Kévin Holterbach, Avocat, tous deux chez Bignon Lebray, nous apportent des précisions sur le volet littoral de la loi Élan.
  • Tous les articles juridiques