Entretien avec Pierre Bourriaud, DGS de la mairie du XVIIe arrondissement de Paris, qui accueille un centre de dépistage Covid-19

Management

Face à la gestion de la crise sanitaire liée à la propagation du Covid-19, les collectivités doivent se coordonner pour maintenir une continuité d’activité et protéger les agents. Pierre Bourriaud, Directeur général des services de la mairie du XVIIe arrondissement de Paris, répond à nos questions et nous fait part de son expérience.

Quelles sont les premières urgences que vous avez eues à gérer face à la crise du Coronavirus ?

Pierre Bourriaud

Pierre Bourriaud

La priorisation des actions, lorsque la crise est survenue, a été arbitrée au niveau politique par l’Exécutif municipal, en concertation avec les 20 maires d’arrondissement (quotidiennement réunis, physiquement puis téléphoniquement, en cellule centrale de crise) puis déclinée au niveau du territoire en concertation entre les 20 DGS et les organes de pilotage central. Me concernant, mes premières urgences ont été de mettre en œuvre le plan de continuité d’activité, centré autour des « missions essentielles » maintenues et de donner aux personnels concernés les moyens de protection indispensables pour assurer aussi sereinement que possible, leur mission de service public. Dans un premier temps, ont été maintenues deux fonctions : la fonction état-civil pour les déclarations de naissance, de décès, de reconnaissance et les mariages in extremis, et la fonction d’accueil et d’information. Dans un second temps, la fonction état-civil ayant été redéployée vers la mairie du 10e arrondissement, n’a été maintenue qu’une fonction d’accueil à minima.

C’est en fait une nouvelle vie que celle de la mairie depuis la fermeture des services. Le calme à l’intérieur contraste désormais avec le flux continu de visiteurs en activité normale (nous recevons 3 000 visiteurs par jour) et une grosse activité a lieu à l’extérieur avec la mise en place d’un centre ambulatoire de détection du Covid-19 dédié aux professionnels de santé parisiens.

Vous accueillez en effet depuis le 27 mars un drive-in de test pour le personnel soignant dans la cour de la mairie. Quelle a été l’action de la collectivité dans cette organisation ?

Nous avons travaillé en lien étroit avec le Conseil départemental de la ville de Paris, de l’Ordre des Médecins. Le maire du 17e arrondissement a souhaité l’ouverture d’un centre de dépistage du Covid-19 à destination exclusive des professionnels de santé avec l’aval de l’Agence Régionale de Santé (ARS) et de la mairie de Paris.

Ce centre ambulatoire dispose d’une aire d’accueil non confinée dans la cour intérieure de la mairie. Organisé sous forme de drive-in, il permet de dépister des personnes sans qu’elles ne quittent leur voiture. La mairie a donc pris en charge la logistique de ce dispositif : la mise à disposition du site, la location de tentes, les prestations de surveillance et de nettoyage. Le contact est permanent avec l’équipe médicale de supervision pour évaluer, ajuster et faire monter en puissance ce centre. Un comité de pilotage, présidé par le maire, se tient chaque lundi.

Une crise est souvent révélatrice, qu’a-t-elle révélé sur vos forces et vos faiblesses ?

Cette crise a confirmé ce que je savais déjà de cette mairie mais qui fait encore plus sens dans ces moments singuliers à savoir sa capacité à fonctionner en « mode agile » pour répondre aux besoins de la population. Et s’agissant des agents, elle m’a prouvé, une fois de plus le remarquable sens du service public de mes collaborateurs qui, à distance pour ceux qui télétravaillent, ou en présentiel assurent leurs missions propres, mais peuvent aussi venir en renfort sur d’autres missions, je pense notamment à la fonction d’accueil.

Je me dis que cette crise aura certes été une épreuve mais qu’elle aura sans doute aussi renforcé encore notre collectif. Ce sera précieux lorsqu’ensemble, dans quelques jours ou quelques semaines, il nous reviendra de remettre les moteurs en route !

Julie Krassovsky

Posté le par

Recommander cet article