Mathias Trogrlic, DGS de la ville de Chambly : « Notre principale force a été le sens du service public de nos agents »

Management

Face à la gestion de la crise sanitaire liée à la propagation du Covid-19, les collectivités doivent se coordonner pour maintenir une continuité d’activité et protéger les agents. Mathias Trogrlic, Directeur général des services de la ville de Chambly, dans l’Oise (10 000 habitants), répond à nos questions et nous fait part de son expérience.

Quelles sont les premières urgences que vous avez eues à gérer devant la crise du Coronavirus, eu égard à votre type de collectivité et au territoire ? Quels sont les services publics essentiels que vous maintenez ?

Mathias Trogrlic, DGS de la ville de Chambly : "Notre principale force a été le sens du service public de nos agents"

Mathias Trogrlic

Dans l’Oise, nous avons été concernés avant tout le monde par les mesures liées à l’épidémie, nos écoles ont fermé quinze jours avant l’ensemble du territoire national. Du coup, nous avions déjà entamé notre premier travail qui est d’informer, de rassurer, tant les administrés que les associations, les clubs sportifs, les acteurs économiques, commerçants, etc. L’un des premiers réflexes des habitants est toujours de composer le numéro de la mairie et nous devons nous tenir prêts pour cela. Nous devions également prendre garde à la bonne application des décisions de l’État qui ont tardé à arriver. Entre les annonces médiatiques et les consignes préfectorales, il y a eu une certaine latence pas évidente à gérer : tout le monde s’attendait à la mise en place immédiate de décisions qui ne nous avaient pas été communiquées officiellement !

Ensuite, nous avons mis en place un plan de continuité de l’activité, en nous concentrant sur l’essentiel : état civil, accueil des enfants de soignants dans les écoles et les structures périscolaires, maintien du lien social par le CCAS et aide à la distribution de l’aide alimentaire, propreté de la ville… sans compter les services indispensables à notre propre fonctionnement (RH, finances, informatique, etc). Nous adaptons depuis ce plan en ayant en tête que l’urgence, qui a présidé à sa mise en place, doit désormais se conjuguer avec un temps plus long. Par exemple, nos vacataires vont commencer à souffrir réellement financièrement de la situation.

À ce stade, dans quels domaines considérez-vous que votre organisation était prête à réagir au mieux et ce qu’il faudrait améliorer, voire créer ?

En me plaçant au niveau du management, je pense que la création, au quotidien, d’une ambiance de travail et d’un collectif de direction aide à surmonter une situation de crise comme celle-ci. Je n’ai pas été surpris par les premières personnes qui se sont mobilisées parce que j’avais déjà éprouvé leur sens du service public au quotidien.

Par contre il est évident que la culture du télétravail est encore très absente de nos sphères. J’ai tenté d’anticiper au fur et à mesure de l’arrivée de la crise et au départ j’avais surtout des yeux levés au ciel lorsque j’évoquais la mise en télétravail de certains agents. Puis, en un claquement de doigts, il a fallu permettre à la plupart des agents qui travaillent avec des outils bureautiques de se mettre en télétravail. Notre DSI s’est montrée très réactive, mais nous avons souvent bricolé des solutions que l’on aurait pu anticiper.

Enfin, il est compliqué de prouver aux élus notamment que la mise en télétravail n’est pas une mise au repos des agents. Ne plus avoir l’agent en face de soi peut avoir un côté déroutant, et nous ne sommes pas du tout équipés en matériel de vidéoconférence. Du coup, c’est très difficile de convaincre un élu qu’il faut se passer de la présence physique des agents lors des réunions.

Une crise est souvent révélatrice, à ce stade, qu’a-t-elle révélé sur vos forces et vos faiblesses ?

Notre principale force a été le sens du service public de nos agents. Lorsque j’ai eu à faire appel au volontariat (pour rouvrir les structures périscolaires, pour distribuer l’aide alimentaire avec une association locale), j’ai toujours eu des agents présents. Certains m’ont envoyé des textos pour me dire qu’ils se tenaient à disposition. C’est important pour chacun d’être aussi acteur de cette crise, de pouvoir aider là où il peut.

Notre faiblesse est sans doute de penser depuis trop longtemps que l’exercice du service public réclame toujours une présence physique des agents. Ne pas voir quelqu’un à l’accueil a pour conséquence chez l’administré de penser que les fonctionnaires sont en congés. Nous avons à changer de culture pour prouver que nous avons allié la présence physique indispensable avec une forme dématérialisée et intelligente de notre travail.

Beaucoup de citoyens et d’entreprises prennent conscience de l’importance d’un service public qui allie solidarité et efficacité, quel message souhaiteriez-vous faire passer ?

Notre service public est solide parce que les acteurs qui le composent sont animés par un grand sens de l’intérêt général. Forcément, en temps de crise, c’est le premier révélateur d’une action efficace. À grands coups de rabots sur les dotations, de transferts de compétences pas compensés, l’État a voulu lui-même réduire l’action des acteurs qui sont désormais en première ligne. Son manque de considération à l’encontre des collectivités nous donne un sentiment de revanche dans cette situation. Le second message est aux administrés : votre service public est financé par vos impôts. Ils sont donc un investissement bien plus qu’une charge, et nous sommes heureux de pouvoir vous prouver notre réactivité.

Enfin, une remarque plus générale : l’annonce de la prise de décision nationale par le biais de médias sans que les préfets ne soient en mesure d’appliquer immédiatement quoi que ce soit est un véritable souci. Nous sommes tout de suite submergés d’appels alors même que nous n’avons aucun moyen de mettre en application quoi que ce soit sans consigne. Il en est de même pour l’Éducation nationale, qui va à son propre rythme sans se soucier des structures qui fonctionnent autour d’elle. Cette latence est difficile à gérer.

Propos recueillis par Hugues Perinel

Posté le par

Recommander cet article