Licenciement d'un contractuel à la fin de sa période d'essai

Management

Le Conseil d’État rappelle qu’aucun préavis ni indemnité ne sont nécessaires en cas de licenciement prononcé au cours ou à l’expiration d’une période d’essai.

Par un contrat prévoyant une période d’essai de trois mois, la commune de Puteaux avait recruté un agent, en qualité d’attaché territorial contractuel, pour une durée d’un an et lui avait confié la direction de l’événementiel de la commune. Un mois et demi plus tard, le maire a mis fin à ce contrat. L’agent a alors saisi le tribunal administratif de Paris d’une demande d’indemnité en réparation du préjudice subi du fait de ce licenciement.

Le premier juge a condamné la municipalité à lui verser une indemnité égale au montant des salaires qu’elle aurait perçus au cours de son contrat d’un an, à l’exclusion des primes et indemnités liées à l’exercice effectif des fonctions, cette somme étant diminuée le cas échéant des allocations pour perte d’emploi et des éventuels revenus d’activité qu’elle a pu percevoir pendant cette période, dans la limite de 25 185 euros et d’une indemnité de 3 000 euros en réparation du préjudice moral subi du fait de son licenciement. Jugement que la Cour administrative d’appel de Paris a annulé.

Le 5 mai dernier, le Conseil d’État a décidé que le maire de Puteaux pouvait valablement mettre fin au contrat avant l’expiration de la période d’essai et procéder au licenciement de l’intéressé, sans préavis ni indemnité.
 

Franck Vercuse

Texte de référence : Conseil d’État, 3e sous-section jugeant seule, 5 mai 2010, n° 323464, Inédit au recueil Lebon

L'analyse des spécialistes

  • Loi « Engagement et proximité », une simplification du fonctionnement du conseil municipal dans les communes rurales Élus

    Loi « Engagement et proximité », une simplification du fonctionnement du conseil municipal dans les communes rurales

    11/02/20
    La loi n° 2019-1461 du 27 décembre 2019 relative à l'engagement dans la vie locale et à la proximité de l'action publique consacre un titre II intitulé « simplifier le fonctionnement du conseil municipal ». Ces mesures auront un impact essentiellement dans les communes de petites tailles.
  • Report de la caducité des plans d’occupation des sols (POS) au 31 décembre 2020 Urbanisme

    Report de la caducité des plans d’occupation des sols (POS) au 31 décembre 2020

    06/02/20
    En repoussant la date de caducité des plans d’occupation des sols (POS) du 31 décembre 2019 au 31 décembre 2020, le législateur offre un nouveau répit aux communes membres d’intercommunalités dont le plan local d’urbanisme intercommunal (PLUI) est en cours d’élaboration.
  • "Circulaire Castaner" : le Conseil d'État, garant du clivage gauche/droite ? Élus

    « Circulaire Castaner » : le Conseil d’État, garant du clivage gauche/droite ?

    04/02/20
    Dans son ordonnance n° 437675, 437795, 437805, 437824, 437910, 437933 du 31 janvier 20201, le Conseil d'État a partiellement suspendu l'exécution de la circulaire du 10 décembre 2019 du ministre de l'Intérieur relative à l'attribution des nuances politiques aux candidats aux élections municipales et communautaires des 15 et 22 mars 2020.
  • Tous les articles juridiques