Égalité femmes-hommes : les syndicats de fonctionnaires toujours insatisfaits

Parité

La dernière version du projet d’accord sur l’égalité entre les hommes et les femmes dans la fonction publique ne convainc toujours pas les syndicats, qui devaient faire leurs remarques finales sur le texte mercredi 24 octobre lors d’une réunion avec leur secrétaire d’État Olivier Dussopt.

« Tout le monde s’accorde à dire que ça ne peut pas être la version définitive », a indiqué à l’AFP Céline Verzeletti de la CGT Fonction publique (1er syndicat représentatif) après une « intersyndicale téléphonique » en amont de la rencontre prévue à 17h00 et censée être la dernière sur ce sujet.

Contactée, Mylène Jacquot de la CFDT (2e syndicat) note des « avancées » mais déclare également en attendre « encore d’autres ».

Au rayon des satisfactions, les syndicats, qui demandaient que l’accord prévoie des « mesures contraignantes », ont obtenu dans la troisième version du texte des « pénalités financières » à l’encontre des employeurs pris en défaut.

« Mais il ne s’agit que d’une obligation de moyens, pas d’une obligation de mettre fin aux écarts constatés », soupire Céline Verzeletti en rappelant que « c’est pourtant le cas pour les entreprises privées » avec la loi « avenir professionnel ».

La CGT va donc demander « d’autres réunions » pour que les négociations se poursuivent.

Au-delà de la correction des écarts de rémunération « inexpliqués », l’autre point de blocage concerne la « revalorisation des métiers et filières à prédominance féminine » demandée cet été par huit syndicats dans un courrier envoyé à Olivier Dussopt.

Ils expliquaient vouloir la « négociation de grilles indiciaires » pour les métiers dits féminisés de l’Éducation nationale, de la santé ou du travail social par exemple. Or la dernière version du projet d’accord ne prévoit rien de tel.

Malgré un « certain nombre d’avancées », Luc Farré (Unsa, 4e) a donc affirmé à l’AFP qu’il allait « continuer à faire des propositions » de façon à « aboutir à un mécanisme ou une solution avant la fin du quinquennat pour que les métiers féminisés soient mieux considérés ».

En 2015, le salaire net des femmes était « inférieur en moyenne de 13,1 % à celui des hommes » dans la fonction publique, selon le ministère.

FO (3e), à nouveau, ne participera pas à la réunion de mercredi : « Nous n’irons pas tant que les ministres n’imposeront pas des mesures contraignantes », a déclaré Christian Grolier, secrétaire général de la fédération de la fonction publique.

La signature officielle du nouveau protocole d’accord est prévue le 26 novembre selon le calendrier fixé par Bercy.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2018

 

REJOINDRE LA COMMUNAUTÉ ETOILE.FR

Imaginez un réseau qui vous ressemble, 100 % dédié à la Fonction Publique, basé sur l'échange et le partage entre pairs.
Rejoignez la Communauté ETOILE.fr et faites avancer vos métiers en contribuant à leur promotion et à la valorisation de vos territoires.

Rejoindre Etoile

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum