Négociations sur l’égalité femmes-hommes : les syndicats de fonctionnaires sur leur faim

Parité

Les syndicats de fonctionnaires sont restés sur leur faim mardi 2 octobre à l’issue d’une deuxième séance de négociations sur l’égalité professionnelle, et ont demandé à la Direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP) que l’avant-projet d’accord soit précisé et enrichi.

« Nous avons rappelé nos exigences et nous avons fait nos demandes de précisions, d’ajouts et d’enrichissement », a indiqué à l’AFP Mylène Jacquot (CFDT-Fonction publique, 2e syndicat représentatif) en précisant que l’avant-projet proposé avait été « passé en revue » par les organisations syndicales.

Cet avant-projet reprend les cinq « axes » présentés par le secrétaire d’État à la Fonction publique, Olivier Dussopt, lors du lancement de la négociation le 10 septembre : « renforcer la gouvernance des politiques d’égalité », permettre un « égal accès aux métiers et aux responsabilités », traiter les « écarts de rémunération », concilier « vie professionnelle et personnelle » et renforcer la « lutte contre les violences sexuelles et sexistes ».

Une « base de travail plutôt engageante » mais « pas satisfaisante à l’heure actuelle » en l’absence de « mesures de contrôle et de sanction », a estimé Mylène Jacquot.

Delphine Colin (CGT, 1er) a regretté le « décalage entre les annonces et l’avant-projet », soulignant l’absence de la « question de la revalorisation des métiers à prédominance féminine » dans celui-ci.

Dans le détail, celui-ci prévoit l’obligation pour les employeurs publics d’élaborer et de mettre en œuvre des « plans d’action égalité professionnelle » pluriannuels.

Ces plans, fruits d’une « négociation ou d’une concertation préalables » entre organisations syndicales et employeurs publics, devront inclure des « mesures de résorption des écarts salariaux inexpliqués » comprenant des « objectifs calendaires » d’évaluation de ces écarts et des « actions assorties d’objectifs chiffrés ».

En 2015, le salaire net des femmes était « inférieur en moyenne de 13,1 % à celui des hommes » dans la fonction publique, selon le dernier rapport annuel de la DGAFP.

L’avant-projet stipule que les « causes des écarts de rémunération » doivent être « clairement identifiées » pour que les employeurs publics évaluent les « éventuels biais dans les dispositifs de cotation des postes » et « d’attribution des primes ».

Dénonçant un « calendrier contraint », des « réunions stériles » et un « dialogue social qui tourne au monologue », FO (3e syndicat) n’a pas participé à cette réunion. La prochaine est prévue le 15 octobre.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2018

 

REJOINDRE LA COMMUNAUTÉ ETOILE.FR

Imaginez un réseau qui vous ressemble, 100 % dédié à la Fonction Publique, basé sur l'échange et le partage entre pairs.
Rejoignez la Communauté ETOILE.fr et faites avancer vos métiers en contribuant à leur promotion et à la valorisation de vos territoires.

Rejoindre Etoile

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum