Menu actualité

Thématiques

Égalité dans la fonction publique : les syndicats veulent du temps pour se positionner

Publié le 28 novembre 2018 à 7h40 - par

Les syndicats CGT, FO et Solidaires de la fonction publique ont réaffirmé mardi 27 novembre leur « impossibilité » de se prononcer dans l’immédiat sur l’accord sur l’égalité entre les femmes et les hommes, mettant en cause un calendrier trop contraint pour consulter leurs bases.

Égalité dans la fonction publique : les syndicats veulent du temps pour se positionner

Tous les syndicats de la fonction publique étaient appelés à se positionner lundi au plus tard sur ce texte, mais la CGT, FO et Solidaires – majoritaires à eux trois – ont déjà indiqué qu’ils souhaitaient voir ce délai reporté à décembre, en raison notamment des élections professionnelles.

Lundi, le gouvernement a repoussé de mardi à vendredi la signature officielle de l’accord, un décalage qui « ne répond pas du tout à la problématique », a souligné Gaëlle Martinez, déléguée générale de Solidaires, lors d’une conférence de presse commune avec la CGT et FO.

« Il est impossible d’avoir une consultation digne de ce nom dans un délai de trois semaines », a insisté Jean-Marc Canon (CGT), en faisant valoir que la « version stabilisée » du protocole d’accord n’était parvenue aux syndicats « que le 31 octobre au soir », à la veille du week-end de  la Toussaint, avec donc une consultation débutée le 5 novembre.

Dénonçant un « temps forcé », Solidaires a précisé que cette demande d’un délai plus long pour se prononcer « ne préjugeait pas de sa position » finale. La CGT a fait de même, en se demandant quelles étaient « les raisons impératives » de la date fixée par le gouvernement.

Il était prévu que la période précédant les élections, qui se tiendront le 6 décembre et démarrent jeudi pour une partie des agents, soit « neutralisée » par le gouvernement, sans échéance fixée dans ce calendrier, a rappelé Claude Simoneau (FO).

Les trois syndicats ont écrit au secrétaire d’État à la Fonction publique Olivier Dussopt « pour lui demander » de leur « permettre de signer, ou pas, après vendredi le cas échéant », sans réponse « pour l’instant », a-t-il ajouté.

Si cette demande est refusée, l’exécutif « aura pris la décision de ne pas appliquer un accord qui pourrait être majoritaire le 15 décembre », a observé M. Canon, en jugeant cette situation « un peu rocambolesque » pour « un gouvernement qui a dit vouloir faire de l’égalité une grande cause nationale ».

Les six autres organisations représentatives de la fonction publique – CFDT, Unsa, FSU, CFTC, CFE-CGC et FA-FP – ont fait savoir qu’elles signeraient l’accord, mais elles pèsent moins de 50 %.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2018