Police nationale : les femmes restent largement sous-représentées

Parité

Le syndicat des commissaires de la police nationale (SCPN) vient de publier un rapport sur la féminisation de celle-ci en général et de ses dirigeants en particulier. La marge de progression reste grande.

Avec 33,1% de femmes parmi les effectifs du ministère de l’Intérieur contre 59,8% pour l’ensemble de la fonction publique, comme le rappelle le rapport du SCPN, pas étonnant que les femmes soient sous-représentées au sein de la police nationale. Malgré une législation en faveur de l’égalité professionnelle assez dense ces dernières années, ainsi que l’ouverture progressive de l’ensemble des concours et corps de métier aux femmes, ainsi que la suppression des quotas, la police nationale traine un long passif d’exclusion des femmes de ses effectifs, caractérisé par leur sous-représentation encore aujourd’hui. Le SCPN accuse ainsi les épreuves sportives de haut niveau des concours d’être des barrières déguisées pour exclure un certain nombre d’entre elles.
Celles qui sont recrutées à des postes de direction le sont majoritairement par la voie externe, la voie interne leur étant quasi-bouchée, symptôme selon le rapport des difficultés qu’ont les policières à progresser dans leur carrière, dues selon le SCPN à la difficile conciliation des ambitions professionnelles avec la vie de famille. Nombre d’entre elles renonceraient donc à briguer des postes forts chronophages.
Autre écueil : le nombre limité de femmes parmi les jurys des concours, consécutif à leur faible présence parmi les postes de direction. Il aura ainsi fallu attendre 2009 pour qu’une femme préside un jury de concours de commissaire de police. Autre signe d’évolution : les hommes représentaient 71% des jurés à ce concours en externe en 2008, contre 52% en 2010. L’évolution est comparable en interne. Toutefois les femmes restent largement minoritaire dans l’ensemble des postes de direction de la police nationale.

L'analyse des spécialistes

  • Le retrait de délégation à un adjoint Élus

    Le retrait de délégation à un adjoint

    02/05/19
    « L'adjoint au maire est élu par le conseil municipal (et non pas nommé par le maire), mais, à l'exception de ses qualités d'officier d'état-civil et d'officier de police judiciaire, qu'il exerce de plein droit, il ne dispose de compétences que dans la mesure où le maire lui en délègue ».
  • Loi Élan : focus sur le PLU Urbanisme

    Loi Élan : focus sur le PLU

    18/04/19
    La loi n° 2018-1021 du 23 novembre 2018 portant sur l’évolution du logement, de l’aménagement et du numérique, dite loi Élan, contient un certain nombre de dispositions relatives aux documents d’urbanisme, et plus particulièrement au plan local d’urbanisme (PLU).
  • La loi Élan emporte des ajustements ponctuels sur les procédures d’urbanisme et les documents de planification Urbanisme

    La loi Élan emporte des ajustements ponctuels sur les procédures d’urbanisme et les documents de planification

    16/04/19
    La loi Élan du 23 novembre 2018 participe de la stratégie « logement » initiée par le gouvernement. Elle s’articule autour de quatre objectifs politiques : construire plus, mieux et moins cher ; faire évoluer le logement social ; répondre aux besoins de chacun ; améliorer le cadre de vie.
  • Tous les articles juridiques