Stimuler l'emploi des contrats de partenariat

Partenariat public-privé

Le gouvernement fait un point sur les principales mesures de la loi n° 2008-735 du 28 juillet 2008 relative aux contrats de partenariat.

Pour le gouvernement, la loi n° 2008-735 du 28 juillet 2008 relative aux contrats de partenariat « vise à stimuler la dynamique du recours au contrat de partenariat à travers trois axes majeurs ».

Le premier axe, une ouverture de son utilisation élargie via la création d’un recours à un troisième critère d’éligibilité : celui de l’efficience économique ; à une nouvelle procédure : la procédure négociée et la possibilité pour de nouvelles personnes publiques d’y recourir.

Le deuxième axe pour stimuler la généralisation des contrats de partenariats est la possibilité d’obtenir les mêmes subventions que les projets réalisés sous le régime de la loi du 12 juillet 1985 relative à la maîtrise d’ouvrage publique. « Par ailleurs, les collectivités locales qui concluent un bail emphytéotique administratif sont désormais éligibles au fonds de compensation pour la taxe sur la valeur ajoutée », précise le gouvernement.

Dernier axe : des aménagements techniques comme un rapport à transmettre à la personne publique, l’introduction d’exigences de développement durable prises en compte au stade de l’analyse comparative de l’évaluation préalable et qui pourront « constituer un des objectifs de performance assignés au cocontractant ».

Cette loi étend, par ailleurs, les « possibilités de valorisation des biens de la personne publique : le titulaire du contrat de partenariat peut consentir lui-même des baux dans les conditions de droit privé ou accorder des droits réels à durée limitée sur ce domaine. Ces baux et droits peuvent excéder la durée du contrat de partenariat avec l’accord de la personne publique. Dans ce cas, ces baux et droits seront transférés à la personne publique au terme du contrat de partenariat ».

Autres points importants pour le gouvernement : une définition des coûts d’investissement, la désignation par convention d’une seule personne publique pour réaliser une évaluation préalable si le contrat en concerne plusieurs, etc.

Le député Pierre Morel-A-L’Huissier souhaitait savoir ce que le gouvernement attendait de cette généralisation des contrats de partenariat permise par la loi du 28 juillet 2008.

Valérie Siddahchetty

Texte de référence :

  • Question écrite n° 48862 du député Pierre Morel-A-L’Huissier ( UMP- Lozère ) du 12 mai 2009, réponse du 19 janvier 2010

Source Internet :

L'analyse des spécialistes

  • Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales Urbanisme

    Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales

    11/12/18
    L'effondrement récent de deux immeubles d'habitation au centre-ville de Marseille réinterroge les acteurs publics et la population sur les pouvoirs de police du maire en matière d'habitat dégradé. En effet, quel que soit le propriétaire du bâtiment, dès lors qu'il constitue une menace pour la sécurité publique, il ne peut pas échapper au contrôle et à l'intervention de la sphère publique.
  • La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l'état civil Administration

    La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l’état civil

    29/10/18
    Intimement lié à la linguistique et obéissant aux règles grammaticales propres à chaque langue, l'usage du signe diacritique est devenu, entre les défenseurs du français et les tenants des langues régionales*, un sujet polémique qui a des implications jusque dans  l'établissement des actes de l'état civil.
  • Quelles sont les règles régissant les modalités d'affichage publicitaire sur les monuments historiques ? Urbanisme

    Quelles sont les règles régissant les modalités d’affichage publicitaire sur les monuments historiques ?

    05/09/18
    Les Journées du patrimoine, les 15 et 16 septembre prochains seront l'occasion de découvrir des monuments historiques méconnus ou habituellement fermés au public. Certains d'entre eux, en cours de restauration, ne seront pas ouverts au public, dissimulés derrière des échafaudages, voire de grandes bâches publicitaires qui ne font pas toujours l'unanimité. Il faut savoir que l'affichage publicitaire sur un monument historique est très encadré juridiquement ce qui n'empêche pas un recours accru à son utilisation révélant parfois certains abus.
  • Tous les articles juridiques