Stimuler l'emploi des contrats de partenariat

Partenariat public-privé

Le gouvernement fait un point sur les principales mesures de la loi n° 2008-735 du 28 juillet 2008 relative aux contrats de partenariat.

Pour le gouvernement, la loi n° 2008-735 du 28 juillet 2008 relative aux contrats de partenariat « vise à stimuler la dynamique du recours au contrat de partenariat à travers trois axes majeurs ».

Le premier axe, une ouverture de son utilisation élargie via la création d’un recours à un troisième critère d’éligibilité : celui de l’efficience économique ; à une nouvelle procédure : la procédure négociée et la possibilité pour de nouvelles personnes publiques d’y recourir.

Le deuxième axe pour stimuler la généralisation des contrats de partenariats est la possibilité d’obtenir les mêmes subventions que les projets réalisés sous le régime de la loi du 12 juillet 1985 relative à la maîtrise d’ouvrage publique. « Par ailleurs, les collectivités locales qui concluent un bail emphytéotique administratif sont désormais éligibles au fonds de compensation pour la taxe sur la valeur ajoutée », précise le gouvernement.

Dernier axe : des aménagements techniques comme un rapport à transmettre à la personne publique, l’introduction d’exigences de développement durable prises en compte au stade de l’analyse comparative de l’évaluation préalable et qui pourront « constituer un des objectifs de performance assignés au cocontractant ».

Cette loi étend, par ailleurs, les « possibilités de valorisation des biens de la personne publique : le titulaire du contrat de partenariat peut consentir lui-même des baux dans les conditions de droit privé ou accorder des droits réels à durée limitée sur ce domaine. Ces baux et droits peuvent excéder la durée du contrat de partenariat avec l’accord de la personne publique. Dans ce cas, ces baux et droits seront transférés à la personne publique au terme du contrat de partenariat ».

Autres points importants pour le gouvernement : une définition des coûts d’investissement, la désignation par convention d’une seule personne publique pour réaliser une évaluation préalable si le contrat en concerne plusieurs, etc.

Le député Pierre Morel-A-L’Huissier souhaitait savoir ce que le gouvernement attendait de cette généralisation des contrats de partenariat permise par la loi du 28 juillet 2008.

Valérie Siddahchetty

Texte de référence :

  • Question écrite n° 48862 du député Pierre Morel-A-L’Huissier ( UMP- Lozère ) du 12 mai 2009, réponse du 19 janvier 2010

Source Internet :

L'analyse des spécialistes

  • Le service de la restauration scolaire des écoles primaires est-il obligatoire pour les communes ? Éducation

    Le service de la restauration scolaire des écoles primaires est-il obligatoire pour les communes ?

    20/02/18
    En dépit de sa vocation sociale, le service de la restauration scolaire des écoles primaires ne constitue pas un service public obligatoire. Toutefois, lorsqu’elle est créée, la cantine scolaire communale doit garantir, dans son fonctionnement, un droit au libre accès et l’absence de toute discrimination.
  • Valoriser sa démarche environnementale dans les appels d’offres publics Appel d'offres

    Appels d’offres publics : valoriser sa démarche environnementale et intégrer les critères RSE

    14/02/18
    Selon les termes de l’article 10 du décret du 25 mars 2016 pour des spécifications « d’ordre environnemental, social ou autre », les acheteurs peuvent recourir à des labels dans leur consultation afin d’inclure des critères RSE dans leur politique d’achat. La question se pose cependant de savoir si, d’un point de vue juridique, le recours à un label d'acheteur, quel qu’il soit, est de nature à porter atteinte à l’égalité de traitement des candidats et donc in fine à fragiliser juridiquement les appels d’offres ?
  • Infléchissement du transfert des compétences eau et assainissement voulu par la loi NOTRe Intercommunalité

    Infléchissement du transfert des compétences eau et assainissement voulu par la loi NOTRe : quelles conséquences ?

    04/01/18
    La loi n° 2015-991 du 7 août 2015 portant Nouvelle Organisation Territoriale pour la République (dite loi « NOTRe ») attribue, à titre obligatoire, les compétences « eau » et « assainissement » aux communautés de communes et aux communautés d’agglomération, à compter du 1er janvier 2020.
  • Tous les articles juridiques