Covid-19 : le Conseil supérieur de la fonction publique territoriale réclame des statistiques

Santé et sécurité au travail

Le Conseil supérieur de la fonction publique territoriale (CSFPT) a déploré mercredi 14 octobre 2020 dans une motion « l’absence de statistiques globales, détaillées et indépendantes » relatives à la crise sanitaire concernant son impact sur les agents publics.

Les agents territoriaux et les élus ont répondu présents lors de la crise sanitaire, mais ont été aussi largement touchés par les effets économiques et sociaux de cette crise. Il existe une réelle hétérogénéité des situations affirment les membres du CSFPT qui considèrent que « la pandémie a révélé, et parfois amplifié, ces différences, ces inégalités, ces dysfonctionnements ».

« L’absence de statistiques globales, détaillées et indépendantes sur ce sujet pour la fonction publique, et notamment pour la fonction publique territoriale (…) constitue un véritable frein qui ne permet pas de mesurer l’impact des mesures décidées ni d’analyser les réponses des collectivités », déplorent les membres du CSFPT, élus et représentants des organisations syndicales, dans leur texte.

Cette motion, qui a été adoptée à l’unanimité des membres du CSFPT ce mercredi 14 octobre, sous la présidence de Philippe Laurent, maire de Sceaux, s’adresse notamment à la ministre de la Transformation et de la Fonction publique, Amélie de Montchalin, conviée à la deuxième partie de la séance plénière du CSFPT.

Ces statistiques « permettraient », selon l’instance, « de mieux évaluer le nombre de collectivités qui ont mis en place un plan de continuité d’activité, essentiel pour adapter l’organisation des services aux situations d’urgence ».

« C’est donc une culture de la gestion de crise qui doit se développer rapidement en prévision et prévention d’autres crises », estime le CSFPT, qui souhaite la mise en œuvre « d’un ou plusieurs dispositifs de recueil des données statistiques relatives à la fonction publique territoriale ».

Le CSFPT demande aussi dans son texte le « classement de la Covid-19 comme maladie professionnelle pour les agents territoriaux qui ont eu affaire à des personnes atteintes et qui ont, de ce fait, été contaminés ».

« Pour l’instant, les projets existants entrainent une inégalité aux dépens des agents de la fonction publique territoriale », pourtant « très présents durant toute cette crise (de nombreux agents territoriaux se sont engagés dans des services hospitaliers ou des Ehpad) » et qui « ne peuvent être les  oubliés des dispositifs de reconnaissance mis en place pour les agents hospitaliers », estime l’instance.

Le CSFPT réitère enfin sa demande de « suspendre le jour de carence durant la crise sanitaire » comme il a déjà eu l’occasion de le faire par un vœu unanime exprimé le 23 septembre dernier. Pour l’instance, « il s’agit clairement d’une mesure de santé publique destinée à  protéger les agents et les usagers ».

Il s’interroge aussi sur la date de mise en œuvre des lignes directrices de gestion. À la suite du report des élections locales, de nombreuses collectivités n’ont pas pu les mettre en œuvre et souhaitent que leur date d’application soit reportée. « Au moment où nous entrons dans une nouvelle phase d’alerte qui suscite de nombreuses inquiétudes, il est impératif de permettre aux collectivités locales et à leurs agents d’agir de manière responsable, éclairée et efficace au service des usagers du service public » déclare le CSFPT.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2020

 

REJOIGNEZ LE RÉSEAU DE L’EMPLOI PUBLIC

Accélérez votre carrière et favorisez votre mobilité avec weka.jobs !
En un clic retrouvez les offres d’emploi qui vous correspondent proposées par les établissements publics de votre région et, grâce à un réseau de + de 120 000 professionnels, rentrez directement en contact avec vos futurs collègues.

Découvrir le réseau

Posté le par

Recommander cet article