Devenir ingénieur territorial

Statut

Accéder au concours pour devenir ingénieur territorial requiert des conditions scientifiques et techniques en matière de diplôme.

L’accès au concours pour le recrutement des ingénieurs territoriaux « est conditionné à la détention d’un diplôme d’un niveau équivalent à cinq années d’études supérieures sanctionnant une formation à caractère scientifique ou technique ». Le secrétaire d’État à l’Intérieur et aux Collectivités locales, Alain Marleix, dans une réponse à une question du sénateur du Loiret, Jean-Pierre Sueur, rappelle que cette règle est fixée par le décret n° 2002-508 du 12 avril 2002 portant modification du décret n° 90-733 du 8 août 1990.

Il rappelle que la Commission nationale d’équivalence « veille au respect de ce critère “scientifique et technique” du diplôme » en s’appuyant notamment sur la jurisprudence du Conseil d’État en matière de demandes de reconnaissance d’équivalence de diplôme. Les sages du Palais-Royal ont « ainsi écarté des candidats possédant le master de sciences humaines et sociales, spécialité géographie environnementale, un master d’urbanisme, habitat et aménagement et un master sciences des sociétés et de leur environnement, spécialité urbanisme et aménagement urbain ».

Mais le décret n° 2006-1460 du 28 novembre 2006 a créé une spécialité supplémentaire d’urbanisme et de développement des territoires au  sein du cadre d’emplois d’attaché territorial, qui relève également de la catégorie A. « En fonction des caractéristiques de leur formation, les étudiants peuvent s’orienter vers l’un ou l’autre de ces cadres d’emplois ». Le secrétaire d’État explique par ailleurs que le nombre de postes ouverts en urbanisme et développement des territoires a augmenté. Il y avait 313 postes ouverts dans la spécialité urbanisme et développement des territoires du concours d’ingénieur territorial en 2004. Et en 2009, il y avait 291 postes d’ouverts dans cette spécialité, ainsi que 106 au concours d’attaché territorial.

Il pense qu’au vu de « l’évolution des compétences des collectivités territoriales, de plus en plus appelées à gérer des infrastructures lourdes », il n’apparaît pas souhaitable de modifier les critères de recrutement. Il parle en revanche d’un rapprochement en cours avec le ministère de l’Enseignement supérieur pour une meilleure information des étudiants en urbanisme.

Texte de référence : QE n° 14790, JO Sénat du 5 août 2010, réponse, JO Sénat du 14 octobre 2010

L'analyse des spécialistes

  • Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales Urbanisme

    Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales

    11/12/18
    L'effondrement récent de deux immeubles d'habitation au centre-ville de Marseille réinterroge les acteurs publics et la population sur les pouvoirs de police du maire en matière d'habitat dégradé. En effet, quel que soit le propriétaire du bâtiment, dès lors qu'il constitue une menace pour la sécurité publique, il ne peut pas échapper au contrôle et à l'intervention de la sphère publique.
  • La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l'état civil Administration

    La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l’état civil

    29/10/18
    Intimement lié à la linguistique et obéissant aux règles grammaticales propres à chaque langue, l'usage du signe diacritique est devenu, entre les défenseurs du français et les tenants des langues régionales*, un sujet polémique qui a des implications jusque dans  l'établissement des actes de l'état civil.
  • Quelles sont les règles régissant les modalités d'affichage publicitaire sur les monuments historiques ? Urbanisme

    Quelles sont les règles régissant les modalités d’affichage publicitaire sur les monuments historiques ?

    05/09/18
    Les Journées du patrimoine, les 15 et 16 septembre prochains seront l'occasion de découvrir des monuments historiques méconnus ou habituellement fermés au public. Certains d'entre eux, en cours de restauration, ne seront pas ouverts au public, dissimulés derrière des échafaudages, voire de grandes bâches publicitaires qui ne font pas toujours l'unanimité. Il faut savoir que l'affichage publicitaire sur un monument historique est très encadré juridiquement ce qui n'empêche pas un recours accru à son utilisation révélant parfois certains abus.
  • Tous les articles juridiques