CCAG travaux : les conseils de l’AACT et de l’AITF

Commande publique

Elles ont souhaité attirer l’attention des acheteurs sur certains articles du nouveau CCAG Travaux. L’Association des acheteurs des collectivités territoriales (AACT) et l’Association des ingénieurs territoriaux de France (AITF) font des recommandations.

Concernant la partie sur l’actualisation des prix par défaut (article 10.4.3), elles conseillent « d’indiquer systématiquement les indices d’ajustement dans le CCAP du marché
, afin de correspondre au mieux aux fluctuations des marchés.
» Un CCAP qui précisera aussi les opérations de réception, si le marché fait usage de l’article 41.1.3 (réception acquise au titulaire).

Pour l’article 41.2 sur les opérations préalables à la décision de réception, elles en appellent à la vigilance des acheteurs sur la phrase relative à la vérification de la conformité des conditions de pose des équipements : « Cela semble paradoxal avec la notion de réalisation des travaux selon les “règles de l’art”
.
» Dernier article commenté, l’article 49.2.2 sur les interruptions de travaux. Les deux associations recommandent, concernant le « défaut de paiement des acomptes, de notifier au titulaire toute anomalie de facturation dans les plus brefs délais
». Les deux associations rappellent par ailleurs que le CCAG n’est applicable que si les documents particuliers y font expressément référence et que « la collectivité a toute latitude pour y
déroger, le compléter et le préciser
».

L'analyse des spécialistes

  • Les 10’ juridiques avec Landot & associés #8 Élus

    Les 10’ juridiques avec Landot & associés #8

    14/10/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • Le droit à indemnisation des agents publics hospitaliers privés illégalement de garde Santé

    Le droit à indemnisation des agents publics hospitaliers privés illégalement de garde

    14/10/19
    Par un arrêt n° 410724 du 26 juillet 2018, le Conseil d'État a rappelé que si l'exercice d'astreintes ne saurait constituer un droit, un agent illégalement privé de ses gardes peut être indemnisé de la perte financière subie, du fait de son exclusion d'un dispositif de garde.
  • Les 10’ juridiques avec Landot & associés #7 Urbanisme

    Les 10’ juridiques avec Landot & associés #7

    30/09/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • Tous les articles juridiques