Décret Concession de travaux : la fiche de la DAJ !

Commande publique

La direction des affaires juridiques (DAJ) de Bercy a mis en ligne une fiche pratique relative au décret sur les contrats de concession de travaux publics.

La fiche pratique de deux pages, publiée ce matin, est constituée de 4 parties. Elle rappelle en préambule l’objet des contrats de concession de travaux publics : « confier la réalisation de travaux à un concessionnaire privé qui se rémunère sur l’exploitation de l’ouvrage. Le contrat est éventuellement assorti d’un loyer versé par la personne publique concédante ». La fiche fournit les éléments essentiels du décret assorti de quelques commentaires pratiques. Tout d’abord, elle rappelle que ces contrats sont soumis au principes fondamentaux de la commande publique.

Procédures de passation et de publicité

La fiche de la DAJ reprend les informations clés : les obligations applicables aux contrats de concession de travaux publics d’un montant supérieur à 4 845 000 euros HT prévu par le décret, conformément aux textes communautaires. Des obligations qui se limitent à la publication d’un avis de publicité au Journal officiel de l’Union européenne, « conformément au modèle fixé par le règlement de la Commission du 7 septembre 2005. La publication, en outre, d’un avis d’attribution n’est pas obligatoire mais permet au pouvoir adjudicateur de bénéficier d’un délai de recours contre le contrat prévu à l’article R. 551-7 du code de justice administrative plus court ». La fiche revient sur les délais à respecter (52 jours pour le dépôt des candidatures, ramené à 45 jours si l’avis est envoyé par voie électronique ; le respect du délai minimum de 16 jours entre la date d’envoi de la notification et la date de conclusion du contrat).

Préférer la procédure négociée

La DAJ explique ensuite que « le choix de la procédure est libre. La procédure négociée est la plus adaptée à ce type de contrat. Mais les personnes publiques peuvent recourir à d’autres procédures, s’ils le souhaitent ».

Concernant les contrats d’un montant inférieur à 4 845 000 euros HT : « ils ne font l’objet que d’une publicité adaptée aux caractéristiques du contrat, notamment son montant et la nature des travaux en cause. Leur publicité initiale ainsi que celle liée à l’attribution du contrat, permettent aux pouvoirs adjudicateurs de diminuer les délais de recours contre le contrat, en application des articles L. 551-15 et R. 551-7 du code de justice administrative ».

La DAJ revient également sur les marchés de travaux passés par les concessionnaires soumis, eux aussi, à des obligations de publicité : un avis doit être publié au JOUE. L’avis « doit fixer un délai minimum de 37 jours pour le dépôt des candidatures et de 40 jours pour la réception des offres, pouvant être réduit de 7 jours si l’avis est envoyé par voie électronique. Lorsque le concessionnaire est lui-même soumis au code des marchés publics ou à l’ordonnance du 6 juin 2005, il doit appliquer ces textes à l’exclusion du présent décret ».

Valérie Siddahchetty

Texte de référence :

 Téléchargez le document au format pdf Fiche pratique de la DAJ intitulée : DÉCRET N° 2010-406 DU 26 AVRIL 2010 relatif aux contrats de concession de travaux publics et portant diverses dispositions en matière de commande publique

 

L'analyse des spécialistes

  • Appel à projets, commande publique ou subvention, comment les distinguer ? Commande publique

    Appel à projets, commande publique ou subvention, comment les distinguer ?

    10/04/18
    La distinction entre les subventions et la commande publique est plus claire qu'auparavant en raison des définitions données par les textes. Toutefois, des incertitudes subsistent, qui sont en particulier liées au développement de procédures intermédiaires sous la forme notamment d'appels à projets.
  • Collectivités publiques et protection des données à caractère personnel : l'impact du RGPD Administration

    Collectivités publiques et protection des données à caractère personnel : l’impact du RGPD

    04/04/18
    La réglementation relative à la protection des données personnelles va vivre une petite révolution le 25 mai 2018. À compter de cette date, le règlement général sur la protection des données, dit RGPD (UE 2016/679 du 27 avril 2016), entrera en vigueur dans tous les pays de l'Union européenne. Ombeline Soulier Dugénie et Emmanuelle Behr, Avocates Associées du Cabinet Redlink, reviennent sur les grandes lignes directrices de ce nouveau cadre normatif.
  • La mise en œuvre d'un intéressement collectif comme rémunération dans fonction publique est-elle vraiment possible ? Rémunération

    La mise en œuvre d’un intéressement collectif comme rémunération dans la fonction publique est-elle vraiment possible ?

    03/04/18
    « On va essayer de travailler à une nouvelle rémunération des agents publics fondée sur le mérite ». Telle est l’une des déclarations faites par Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes Publics sur les antennes de BFMTV - RMC le 19 février dernier. Si elle est dans l'air du temps, la question d'une rémunération « au mérite » des agents publics n’est pas nouvelle. Par le passé déjà, plusieurs gouvernements ont relancé cette idée d'introduire davantage de « mérite » dans la rémunération des fonctionnaires.
  • Tous les articles juridiques