Suspension d'un marché à bons de commande

Commande publique

Dans un arrêt du 7 juin 2010, le Conseil d’État a condamné la ville de Marseille à payer le titulaire d’un marché d’entretien d’espaces verts pour la période de deux mois pendant lesquels elle avait suspendu l’exécution du contrat.

 

Le marché à bons de commande, conclu en 1997, prévoyait un prix global et annuel avec une facturation mensuelle par douzième. « L’ordre donné par la ville de Marseille à la société de suspendre les travaux d’entretien pour les mois d’octobre et novembre 1998 était donc sans incidence sur le prix du marché et sur son droit au paiement d’un douzième du prix convenu pour les mois d’octobre et de novembre 1998 », a estimé la haute juridiction. En conséquence, la collectivité « ne pouvait refuser de lui verser les règlements mensuels correspondant à ces mois d’octobre et novembre 1998 ».

Les sages du Palais-Royal ont également annulé pour dénaturation l’arrêt de la CAA sur cette affaire. Les juges d’appel avaient estimé que la collectivité ne pouvait pas recourir à la procédure de marché à bons de commande, les prestations concernées ayant un caractère systématique et mensuel. Cela contrevenait, selon eux, aux anciens articles 272 et 273 du Code des marchés publics applicables au litige. Mais le CCAP du contrat mettait « également à la charge de la société la réalisation de tous les travaux d’entretien exceptionnels, dont la commune ne pouvait estimer par avance le montant ». Le Conseil d’État a utilisé cet aspect imprévisible des prestations pour valider l’emploi d’un marché à bons de commande.

Bénédicte Rallu

Texte de référence :

Téléchargez le document au format pdf CE 7 juin 2010, Ville de Marseille, req. n° 316528

    L'analyse des spécialistes

    • Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales Urbanisme

      Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales

      11/12/18
      L'effondrement récent de deux immeubles d'habitation au centre-ville de Marseille réinterroge les acteurs publics et la population sur les pouvoirs de police du maire en matière d'habitat dégradé. En effet, quel que soit le propriétaire du bâtiment, dès lors qu'il constitue une menace pour la sécurité publique, il ne peut pas échapper au contrôle et à l'intervention de la sphère publique.
    • La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l'état civil Administration

      La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l’état civil

      29/10/18
      Intimement lié à la linguistique et obéissant aux règles grammaticales propres à chaque langue, l'usage du signe diacritique est devenu, entre les défenseurs du français et les tenants des langues régionales*, un sujet polémique qui a des implications jusque dans  l'établissement des actes de l'état civil.
    • Quelles sont les règles régissant les modalités d'affichage publicitaire sur les monuments historiques ? Urbanisme

      Quelles sont les règles régissant les modalités d’affichage publicitaire sur les monuments historiques ?

      05/09/18
      Les Journées du patrimoine, les 15 et 16 septembre prochains seront l'occasion de découvrir des monuments historiques méconnus ou habituellement fermés au public. Certains d'entre eux, en cours de restauration, ne seront pas ouverts au public, dissimulés derrière des échafaudages, voire de grandes bâches publicitaires qui ne font pas toujours l'unanimité. Il faut savoir que l'affichage publicitaire sur un monument historique est très encadré juridiquement ce qui n'empêche pas un recours accru à son utilisation révélant parfois certains abus.
    • Tous les articles juridiques