Un syndicat de police contre la création de réservistes dans la police

Dialogue social
Le premier syndicat de gardiens de la paix, Unité police SGP-FO, a de nouveau exprimé vendredi son opposition à la création de réservistes dans la police, prévue dans le projet de loi sur la sécurité intérieure Loppsi 2.

Un projet de décret instituant ces réservistes a été présenté jeudi lors d’un Comité technique paritaire (CTP) qui réunit administration et syndicats de police. Unité police SGP-FO a annoncé vendredi avoir voté contre ce projet car il prévoit de « recruter dans la réserve civile » des volontaires non professionnels qui seront dotés d’un uniforme et pourront patrouiller, selon le syndicat. « Les réservistes ne peuvent servir de palliatif au manque d’effectifs » dans la police, ajoute le Syndicat. La loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (Loppsi 2), promulguée en mars dernier, a prévu « d’élargir l’accès à la réserve civile » de la police à « des jeunes intéressés par une expérience valorisante ». Ils disposeront d’une « formation » qui leur permettra notamment, précise le texte, « d’acquérir la qualification d’agent de police judiciaire adjoint (APJ) » et donc d’effectuer des missions de police à cet égard. En janvier dernier, le même syndicat de police avait qualifié ce projet de « semblant de +milices+ », ce qu’il n’a pas réitéré vendredi.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2011

L'analyse des spécialistes

  • Les 10’ juridiques avec Landot & associés #4 Loi Vie locale Intercommunalité

    Les 10’ juridiques avec Landot & associés #4

    30/07/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • Le retour aux 90km/h sur les routes départementales : quels enjeux pour les élus ? Urbanisme

    Le retour aux 90km/h sur les routes départementales : quels enjeux pour les élus ?

    15/07/19
    Le projet de loi Orientation des mobilités, actuellement soumis à la Commission mixte paritaire, a ouvert la possibilité pour les présidents de conseils départementaux, les maires et les présidents d’établissement de coopération intercommunale (EPCI) d’augmenter à 90 km/h la limite de circulation sur les routes du réseau secondaire. Cela correspond à une volonté gouvernementale de les responsabiliser.
  • Les 10’ juridiques avec Landot & associés #3 Loi Blanquer Éducation

    Les 10’ juridiques avec Landot & associés #3

    11/07/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • Tous les articles juridiques