Licenciement pour insuffisance professionnelle d'un fonctionnaire stagiaire

Droits et obligations

À l’occasion du licenciement d’un stagiaire pour insuffisance professionnelle, le juge administratif a rappelé la procédure et détaillé des considérations relatives au niveau requis par le cadre d’emploi (arrêt de la CAA de Bordeaux du 3 novembre 2009).

Après avoir bénéficié de contrats à durée déterminée successifs signés avec la commune de Navès (Tarn, 721 habitants), un agent a été nommé par le maire en qualité d’agent d’entretien stagiaire pour une durée d’un an. Mais, à l’issue d’une période de prolongation de son stage, le maire a prononcé son licenciement pour des motifs tirés de son inaptitude à l’emploi.

La décision n’a pas à être motivée

Dans cette affaire, la Cour administrative d’appel de Bordeaux a rappelé que si la nomination en tant que fonctionnaire stagiaire donne à son bénéficiaire le droit d’effectuer un stage, « elle ne lui confère aucun droit à être titularisé » (arrêt de  la CAA de Bordeaux du 3 novembre 2009). Dès lors, la décision refusant, au terme du stage accompli dans la totalité de la durée prévue, de le titulariser n’a pour effet, « ni de refuser à l’intéressé un avantage qui constituerait, pour lui, un droit, ni de retirer ou d’abroger une décision créatrice de droits ». Il en résulte que l’arrêté refusant sa titularisation dans le cadre d’emplois des adjoints techniques territoriaux « n’était pas au nombre des décisions qui doivent être motivées ».

De même, la décision du maire, « qui ne présente pas le caractère d’une mesure disciplinaire déguisée, pouvait légalement intervenir sans que l’intéressé ait été invité à prendre connaissance de son dossier » alors même qu’elle a été prise en considération de sa personne. La procédure a donc été respectée par la municipalité.

Les tâches confiées n’excédaient pas le niveau requis

Le juge d’appel a enfin considéré que compte tenu des tâches qui lui ont été confiées « qui n’excédaient pas par leur importance ou leur niveau celles pouvant être confiées à un adjoint technique », le fonctionnaire a été « en mesure d’accomplir le stage prévu par les dispositions statutaires de son cadre d’emplois ». En contestant l’arrêté du maire refusant de le titulariser, le requérant n’a pas fait preuve des aptitudes nécessaires pour assumer les fonctions qui lui étaient confiées alors qu’il a « endommagé le portail du cimetière communal en conduisant un véhicule de service et a causé des dégâts à un véhicule en stationnement en effectuant des travaux de débroussaillage ». La décision de ne pas le titulariser à la fin de son stage a donc, selon la Cour administrative d’appel de Bordeaux, bien été prise « en raison de la manière de servir de l’intéressé et d’un comportement dans l’exercice de ses fonctions de nature à entraîner des situations préjudiciables à la bonne marche du service ».

Christophe Belleuvre

Texte de référence :

L'analyse des spécialistes

  • Rapport de la Cour des comptes européenne sur les PPP : un constat qui ne doit pas décourager l’initiative publique des grands projets Partenariat public-privé

    Rapport de la Cour des comptes européenne sur les PPP : un constat qui ne doit pas décourager l’initiative publique des grands projets

    31/05/18
    Les Cours des comptes européenne et française partagent un constat similaire et émettent des alertes de bon sens. Mais ces alertes doivent s’appliquer selon notre point de vue à tous types de projets du secteur public, et pas qu’aux PPP. Quant à ces derniers, ils pourraient continuer à procurer des effets vertueux au secteur public, à condition d’y avoir recours pour des bonnes raisons et d’une manière adéquate.
  • Appel à projets, commande publique ou subvention, comment les distinguer ? Commande publique

    Appel à projets, commande publique ou subvention, comment les distinguer ?

    10/04/18
    La distinction entre les subventions et la commande publique est plus claire qu'auparavant en raison des définitions données par les textes. Toutefois, des incertitudes subsistent, qui sont en particulier liées au développement de procédures intermédiaires sous la forme notamment d'appels à projets.
  • Collectivités publiques et protection des données à caractère personnel : l'impact du RGPD Administration

    Collectivités publiques et protection des données à caractère personnel : l’impact du RGPD

    04/04/18
    La réglementation relative à la protection des données personnelles va vivre une petite révolution le 25 mai 2018. À compter de cette date, le règlement général sur la protection des données, dit RGPD (UE 2016/679 du 27 avril 2016), entrera en vigueur dans tous les pays de l'Union européenne. Ombeline Soulier Dugénie et Emmanuelle Behr, Avocates Associées du Cabinet Redlink, reviennent sur les grandes lignes directrices de ce nouveau cadre normatif.
  • Tous les articles juridiques