Protection juridique : le détachement irrégulier d'un agent ne peut lui être reproché

Droits et obligations

Pour s’exonérer de son obligation de protection d’un fonctionnaire poursuivi par le juge pénal, une commune lui opposait l’irrégularité de son détachement. Le Conseil d’État a rappelé à l’ordre le maire.

Un agent de la commune de Coudekerque-Branche avait fait l’objet d’un détachement auprès de la communauté urbaine de Dunkerque. À cette occasion, des poursuites ont été engagées devant le juge pénal contre le fonctionnaire. Pour ne pas organiser sa protection, le maire de la municipalité de Coudekerque-Branche a considéré que l’irrégularité du détachement dont l’agent avait connaissance constituait une faute personnelle.

Rappel de la loi

En effet, aux termes de la loi du 13 juillet 1983, les fonctionnaires bénéficient, dans le cadre de leurs fonctions, d’une protection organisée par la collectivité dans le cas où ils feraient l’objet de poursuites pénales à l’occasion de faits qui n’ont pas le caractère d’une faute personnelle. Dès lors, lorsqu’elle est saisie de la demande d’un de ses agents qui sollicite le bénéfice de la protection, une collectivité publique ne peut légalement refuser d’y faire droit qu’en opposant le caractère de faute personnelle des faits à l’origine des poursuites au titre desquelles la protection est demandée.

Pas de faute personnelle

Dans cette affaire, le Conseil d’État a annulé l’arrêté du maire refusant d’accorder le bénéfice de sa protection à l’agent et a enjoint à la commune de Coudekerque-Branche de la lui accorder. Si le fonctionnaire « n’ignorait pas le caractère irrégulier de ce détachement qui ne s’est assorti d’aucun service effectif auprès de la communauté urbaine, ce détachement résultait de la volonté du maire de la commune de Coudekerque-Branche, qui en a pris l’initiative et organisé les modalités ». Et ne pouvait donc constituer une faute personnelle de l’agent.

Franck Vercuse

Texte de référence : Conseil d’État, 1re et 6e sous-sections réunies, 10 mars 2010, n° 321125

L'analyse des spécialistes

  • Le service de la restauration scolaire des écoles primaires est-il obligatoire pour les communes ? Éducation

    Le service de la restauration scolaire des écoles primaires est-il obligatoire pour les communes ?

    20/02/18
    En dépit de sa vocation sociale, le service de la restauration scolaire des écoles primaires ne constitue pas un service public obligatoire. Toutefois, lorsqu’elle est créée, la cantine scolaire communale doit garantir, dans son fonctionnement, un droit au libre accès et l’absence de toute discrimination.
  • Valoriser sa démarche environnementale dans les appels d’offres publics Appel d'offres

    Appels d’offres publics : valoriser sa démarche environnementale et intégrer les critères RSE

    14/02/18
    Selon les termes de l’article 10 du décret du 25 mars 2016 pour des spécifications « d’ordre environnemental, social ou autre », les acheteurs peuvent recourir à des labels dans leur consultation afin d’inclure des critères RSE dans leur politique d’achat. La question se pose cependant de savoir si, d’un point de vue juridique, le recours à un label d'acheteur, quel qu’il soit, est de nature à porter atteinte à l’égalité de traitement des candidats et donc in fine à fragiliser juridiquement les appels d’offres ?
  • Infléchissement du transfert des compétences eau et assainissement voulu par la loi NOTRe Intercommunalité

    Infléchissement du transfert des compétences eau et assainissement voulu par la loi NOTRe : quelles conséquences ?

    04/01/18
    La loi n° 2015-991 du 7 août 2015 portant Nouvelle Organisation Territoriale pour la République (dite loi « NOTRe ») attribue, à titre obligatoire, les compétences « eau » et « assainissement » aux communautés de communes et aux communautés d’agglomération, à compter du 1er janvier 2020.
  • Tous les articles juridiques