Protection juridique : le détachement irrégulier d'un agent ne peut lui être reproché

Droits et obligations

Pour s’exonérer de son obligation de protection d’un fonctionnaire poursuivi par le juge pénal, une commune lui opposait l’irrégularité de son détachement. Le Conseil d’État a rappelé à l’ordre le maire.

Un agent de la commune de Coudekerque-Branche avait fait l’objet d’un détachement auprès de la communauté urbaine de Dunkerque. À cette occasion, des poursuites ont été engagées devant le juge pénal contre le fonctionnaire. Pour ne pas organiser sa protection, le maire de la municipalité de Coudekerque-Branche a considéré que l’irrégularité du détachement dont l’agent avait connaissance constituait une faute personnelle.

Rappel de la loi

En effet, aux termes de la loi du 13 juillet 1983, les fonctionnaires bénéficient, dans le cadre de leurs fonctions, d’une protection organisée par la collectivité dans le cas où ils feraient l’objet de poursuites pénales à l’occasion de faits qui n’ont pas le caractère d’une faute personnelle. Dès lors, lorsqu’elle est saisie de la demande d’un de ses agents qui sollicite le bénéfice de la protection, une collectivité publique ne peut légalement refuser d’y faire droit qu’en opposant le caractère de faute personnelle des faits à l’origine des poursuites au titre desquelles la protection est demandée.

Pas de faute personnelle

Dans cette affaire, le Conseil d’État a annulé l’arrêté du maire refusant d’accorder le bénéfice de sa protection à l’agent et a enjoint à la commune de Coudekerque-Branche de la lui accorder. Si le fonctionnaire « n’ignorait pas le caractère irrégulier de ce détachement qui ne s’est assorti d’aucun service effectif auprès de la communauté urbaine, ce détachement résultait de la volonté du maire de la commune de Coudekerque-Branche, qui en a pris l’initiative et organisé les modalités ». Et ne pouvait donc constituer une faute personnelle de l’agent.

Franck Vercuse

Texte de référence : Conseil d’État, 1re et 6e sous-sections réunies, 10 mars 2010, n° 321125

L'analyse des spécialistes

  • Dispositions transitoires concernant les réunions des organes délibérants des collectivité locales : que dit le projet de loi ? Élus

    Crise sanitaire : prolongement des mesures dérogatoires relatives aux réunions des organes délibérants des collectivités locales

    24/09/20
    Le projet de loi prorogeant le régime transitoire institué à la sortie de l'état d'urgence sanitaire déposé par le gouvernement était initialement muet sur les mesures concernant le fonctionnement des assemblées délibérantes des collectivités et de leurs établissements publics. Le texte de la Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la République1 précise les conditions de tenue des réunions des organes délibérants jusqu'au 1er avril 2021.
  • Pouvoirs des préfets en matière de lutte contre l'artificialisation des sols : que prévoit la circulaire du 24 août 2020 ? Urbanisme

    Pouvoirs des préfets en matière de lutte contre l’artificialisation des sols : que prévoit la circulaire du 24 août 2020 ?

    18/09/20
    La circulaire du 24 août 20201 prise par le Premier ministre rappelle le rôle des préfets en matière d'aménagement commercial dans le cadre de la lutte contre l'artificialisation des sols.
  • Insultes et agressions envers des élus locaux : que prévoit la circulaire “Dupont-Moretti” ? Élus

    Insultes et agressions envers des élus locaux : que prévoit la circulaire “Dupont-Moretti” ?

    11/09/20
    La circulaire relative au traitement judiciaire des infractions commises à l’encontre des personnes investies d’un mandat électif et au renforcement du suivi judiciaire des affaires pénales les concernant, dite « Dupont-Moretti », en date du 7 septembre 2020, renforce les protections des élus locaux dans un contexte où plusieurs maires ont été agressés cet été.
  • Tous les articles juridiques