Protection juridique : le détachement irrégulier d'un agent ne peut lui être reproché

Droits et obligations

Pour s’exonérer de son obligation de protection d’un fonctionnaire poursuivi par le juge pénal, une commune lui opposait l’irrégularité de son détachement. Le Conseil d’État a rappelé à l’ordre le maire.

Un agent de la commune de Coudekerque-Branche avait fait l’objet d’un détachement auprès de la communauté urbaine de Dunkerque. À cette occasion, des poursuites ont été engagées devant le juge pénal contre le fonctionnaire. Pour ne pas organiser sa protection, le maire de la municipalité de Coudekerque-Branche a considéré que l’irrégularité du détachement dont l’agent avait connaissance constituait une faute personnelle.

Rappel de la loi

En effet, aux termes de la loi du 13 juillet 1983, les fonctionnaires bénéficient, dans le cadre de leurs fonctions, d’une protection organisée par la collectivité dans le cas où ils feraient l’objet de poursuites pénales à l’occasion de faits qui n’ont pas le caractère d’une faute personnelle. Dès lors, lorsqu’elle est saisie de la demande d’un de ses agents qui sollicite le bénéfice de la protection, une collectivité publique ne peut légalement refuser d’y faire droit qu’en opposant le caractère de faute personnelle des faits à l’origine des poursuites au titre desquelles la protection est demandée.

Pas de faute personnelle

Dans cette affaire, le Conseil d’État a annulé l’arrêté du maire refusant d’accorder le bénéfice de sa protection à l’agent et a enjoint à la commune de Coudekerque-Branche de la lui accorder. Si le fonctionnaire « n’ignorait pas le caractère irrégulier de ce détachement qui ne s’est assorti d’aucun service effectif auprès de la communauté urbaine, ce détachement résultait de la volonté du maire de la commune de Coudekerque-Branche, qui en a pris l’initiative et organisé les modalités ». Et ne pouvait donc constituer une faute personnelle de l’agent.

Franck Vercuse

Texte de référence : Conseil d’État, 1re et 6e sous-sections réunies, 10 mars 2010, n° 321125

L'analyse des spécialistes

  • Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales Urbanisme

    Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales

    11/12/18
    L'effondrement récent de deux immeubles d'habitation au centre-ville de Marseille réinterroge les acteurs publics et la population sur les pouvoirs de police du maire en matière d'habitat dégradé. En effet, quel que soit le propriétaire du bâtiment, dès lors qu'il constitue une menace pour la sécurité publique, il ne peut pas échapper au contrôle et à l'intervention de la sphère publique.
  • La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l'état civil Administration

    La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l’état civil

    29/10/18
    Intimement lié à la linguistique et obéissant aux règles grammaticales propres à chaque langue, l'usage du signe diacritique est devenu, entre les défenseurs du français et les tenants des langues régionales*, un sujet polémique qui a des implications jusque dans  l'établissement des actes de l'état civil.
  • Quelles sont les règles régissant les modalités d'affichage publicitaire sur les monuments historiques ? Urbanisme

    Quelles sont les règles régissant les modalités d’affichage publicitaire sur les monuments historiques ?

    05/09/18
    Les Journées du patrimoine, les 15 et 16 septembre prochains seront l'occasion de découvrir des monuments historiques méconnus ou habituellement fermés au public. Certains d'entre eux, en cours de restauration, ne seront pas ouverts au public, dissimulés derrière des échafaudages, voire de grandes bâches publicitaires qui ne font pas toujours l'unanimité. Il faut savoir que l'affichage publicitaire sur un monument historique est très encadré juridiquement ce qui n'empêche pas un recours accru à son utilisation révélant parfois certains abus.
  • Tous les articles juridiques