11 des 50 plus grandes villes n’ont aucun adjoint issu de la diversité

Élus

Malgré une progression de la diversité en politique, 11 des 50 plus grandes villes, dont Lyon et Bordeaux, n’ont aucun adjoint issu des minorités visibles, ont relevé mercredi 19 mars 2014 deux associations, en espérant des avancées lors des prochaines municipales.

Cet article fait partie du dossier :

ÉLECTIONS MUNICIPALES : VOS 100 PREMIERS JOURS ! Voir le dossier

Dans ces grandes villes, les personnes de type « non européen » occupent 9 % des postes d’adjoints, 7 % sont d’origine maghrébine, 2 % noires et 0,11 % d’origine asiatique, selon un décompte du think tank République et diversité et du Conseil des associations noires de France (Cran).

Derrière cette moyenne se cachent de très grandes disparités géographiques. Saint-Denis, Nanterre, Argenteuil ou Roubaix ont plus de 30 % d’adjoints « non blancs ». Paris et Grenoble sont dans la moyenne. Et onze villes, dont Lyon, Bordeaux, Toulon, Nîmes, Rennes, n’en ont aucun.

Ces dernières sont dirigées par la gauche comme par la droite même si, en moyenne, des différences existent entre partis : le PC a 16 % d’ajoints « non blancs », le PS et les écologistes 10 %, l’UMP 4 % et l’UDI-Modem 5 %.

En l’absence de statistiques ethniques, les auteurs du décompte se sont fondés sur les photos des adjoints, leur patronyme et leur pays de naissance.

Par ailleurs, à la faveur des lois sur la parité, les femmes se sont fait une place au sein des exécutifs municipaux, avec 49 % des postes d’adjoints au maire, selon ce recensement.

Mais seules cinq femmes sont maires (à Lille, Montpellier, Aix-en-Provence, Montreuil, Reims) contre 45 hommes, ajoutent ces associations, qui espèrent là encore une progression à l’issue des élections des 23 et 30 mars.

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

 

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum