Mayenne : « Tirer des enseignements de cette crise sanitaire »

Élus

Comment les territoires s’organisent pendant cette crise sanitaire ? Au Conseil départemental de la Mayenne, les mots d’ordre sont : solidarité, entraide et respect des consignes officielles. Les agents sont pour la plupart en télétravail permettant ainsi la continuité des services. Des dispositifs ont été mis en place pour aider les Mayennais, les protéger et préserver l’économie locale.

À 12h02, mardi 17 mars 2020, Olivier Richefou, président du Conseil départemental de la Mayenne était confiné à son domicile. « Nous avons décidé d’appliquer strictement les consignes du gouvernement. Nous assurons les fonctions essentielles du département. Entretenir les espaces verts dans les collèges, qui sont actuellement vides, ce n’est pas essentiel ».

En clair, les agents qui peuvent faire du télétravail sont invités à le faire. Résultat : sur les 1 150 agents que compte le département, 800 travaillent depuis leur domicile. Et les autres ?

« Ils sont aussi chez eux. Nous les paierons. Je les invite, s’ils le souhaitent, à se faire connaître auprès des maires pour se rendre disponibles pour les autres : faire des courses, garder des enfants. C’est comme cela que la solidarité s’organise dans notre département rural. »

Aussi, les personnels ayant des compétences médicales et paramédicales peuvent se rendre disponibles pour renforcer les effectifs de la réserve sanitaire coordonnée par les autorités sanitaires. « 80 % des 80 agents concernés se sont déclarés volontaires », précise le président.

Payer les factures

Pour continuer ses missions, le département s’organise.

« Tous les jours, à 10 h, je fais un point téléphonique avec les membres de notre cellule de crise, par Skype. J’appelle également le délégué territorial de l’ARS, le préfet, le directeur du SDIS. Nous avons mis en place un groupe WhatsApp pour fluidifier nos échanges. Cette période nous amène d’ailleurs à parler avec des personnes avec qui nous n’étions pas en contact. »

Il a également été décidé de continuer à régler et de manière urgente toutes les factures dues par le Conseil départemental avec simplification des procédures de dématérialisation comptables pour les petites et moyennes entreprises locales. Les commissions d’attribution des appels d’offres se tiennent toujours, en visio-conférence. Tout comme la commission permanente du Conseil départemental qui aura lieu le 30 mars 2020.

Équiper les collégiens, prolonger les aides

Pour le président, hors de question de laisser les habitants en difficulté. Les allocations individuelles de solidarité (APA, PCH, RSA) versées par le département « sont prolongées jusqu’à échéance et seront automatiquement renouvelées ».

250 ordinateurs ont été mis à la disposition des collégiens qui ne sont pas équipés afin qu’ils puissent étudier sereinement chez eux.

Fin de la « réunionite » ?

Cette situation inédite qui traverse le pays permet de repenser les relations. « Nous mettons tous les jours des messages sur le site intranet pour maintenir le lien entre nous. J’ai filmé un message vidéo avec mon smartphone pour les remercier pour leur investissement ».

Olivier Richefou arrive même à voir le côté positif de cette crise inédite. « Nous allons tirer des enseignements pour l’avenir. J’en vois déjà deux : l’accélération de la dématérialisation et la fin de la "réunionite". On arrive à travailler sans en faire à tout bout de champ ».

Hélène Leclerc

Source : ID, le magazine de l’innovation territoriale

Posté le par

Recommander cet article