BPI : les discussions entre l’État et les régions sont laborieuses mais en progrès

Finances locales

L’équipe économique du gouvernement et les présidents de Région ont échoué à parvenir dès mercredi 5 septembre à un accord sur l’organisation de la Banque publique d’investissement (BPI) qui va être créée pour impulser l’intervention publique auprès des PME, a-t-on appris jeudi auprès de l’Association des régions de France (ARF).

« L’accord n’a pas été trouvé, mais nous avons beaucoup progressé » et un autre rendez-vous est prévu « assez vite avec Pierre Moscovici », a déclaré le président de l’ARF, Alain Rousset, interrogé par l’AFP après une réunion la veille au siège de l’association. Cinq ministres chargés des questions économiques (Pierre Moscovici, Arnaud Montebourg, Nicole Bricq, Benoît Hamon et Fleur Pellerin) et quinze présidents de région étaient autour de la table, une initiative saluée par M. Rousset.

« C’est la première fois depuis la création des régions que des ministres de l’Économie venaient nous rencontrer », a salué le président de la région Aquitaine.

La discussion porte sur l’articulation des responsabilités de l’État central et des régions dans l’architecture et le fonctionnement de la BPI. Annonçant le 31 août à Châlons-en-Champagne que cette banque serait créée « dans les jours qui viennent », le président François Hollande avait déclaré qu’elle serait « déconcentrée sur les territoires et qu’elle travaillera(it) en cohérence avec les régions qui seront associées à ses décisions et orientations ». Reste à savoir de quelle manière.

Les présidents de région préconisent, selon M. Rousset, la mise sur pied d' »une holding centrale, et de filiales régionales où les régions seraient à la décision », un schéma sur lequel l’État a des réserves. Ils considèrent aussi que « ce sont les régions » qui sont les mieux placées « pour intervenir rapidement et à bonne hauteur » dans les financements, de par leur « travail de proximité » avec les petites entreprises, a expliqué M. Rousset.

Selon lui, « des avancées » ont eu lieu lors de la réunion sur « la participation des régions aux instances de gouvernance et aux orientations » de la future banque. Le président de l’ARF se félicite de ce que la conception de la BPI comme « un outil tout à fait novateur » soit « partagée » par l’équipe économique gouvernementale.

Des structures existantes, comme la banque Oséo, CDC entreprises et le Fonds stratégique d’investissement (FSI) doivent être les piliers à partir desquels sera bâtie la BPI.
 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2012

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum