Euro-2016 : surcoûts avérés pour Bordeaux, polémique sur leur montant

Finances locales

Les surcoûts pour l’accueil à Bordeaux de l’Euro-2016 de football devraient s’établir à 1,9 million d’euros, selon une évaluation votée vendredi 27 mai par l’agglomération mais contestée par l’opposition PS, tandis que le maire Alain Juppé a insisté sur les « retombées extrêmement positives » attendues.

M. Juppé présentait vendredi en conseil de Bordeaux-Métropole, qu’il préside, « une évaluation des surcoûts et nouvelles recettes liés à l’accueil de l’Euro au regard du contexte local, national et international », expliquant en préalable à la presse qu’en raison des mesures supplémentaires liées à la sécurité, aux transports et aménagements, « il y a eu des surcoûts, comme partout ailleurs ».

Les derniers jours ont vu une bataille de chiffres avec l’opposition socialiste, pour qui le coût global de l’Euro à Bordeaux a doublé depuis 2015, à plus de 10,5 millions d’euros, « dont 6 millions d’argent public » à la charge de l’État et de la métropole essentiellement. Un « scandale » pour cinq matches et un « petit mois de festivités », a dénoncé l’élu PS Matthieu Rouveyre, convaincu qu’en conséquence « les impôts vont augmenter ».

Alain Juppé a contesté les chiffres « fantaisistes » de l’opposition. Selon la présidence de Bordeaux-Métropole, le surcoût pour l’accueil de l’Euro est de 1,9 million d’euros par rapport à l’estimation présentée en mai 2015. « Ce qui devrait porter la contribution financière de la collectivité à 5 millions d’euros ».

Pour le président de la métropole, les surcoûts liés au renforcement des mesures de sécurité, sur la fan-zone et le tramway notamment, s’élèvent à 400 000 euros après contributions de l’État et de l’UEFA, ceux liés à un plan de mobilité et aux aménagements de transports à 800 000 euros, et ceux liés aux aménagements du stade pour l’Euro à 700 000 euros environ, soit 1,9 million au total.

« Les chiffres ne peuvent être totalement stabilisés, car il y a des recettes supplémentaires attendues, notamment de fréquentations de tramways, de lignes et navettes supplémentaires », a-t-il assuré à la presse. La métropole évoqué aussi un « partenariat institutionnel en attente », en l’occurrence une participation d’entre 0,2 et 0,5 million d’euros de la région (à présidence PS). Celle-ci a toutefois affirmé vendredi qu’en l’état, elle ne serait « pas partenaire » de l’événement.

M. Juppé, qui est président du comité des villes-hôtes de l’Euro, a insisté vendredi sur la « chance extraordinaire » d’accueillir l’Euro, lié à « des retombées très importantes en terme de fréquentation touristique et d’activité économique générale ».

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2016

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum