L’AMF réclame la compensation des dépenses pour l’installation des centres de vaccination

Finances locales

L’Association des Maires de France (AMF) juge insuffisante et trop lente la compensation financière prévue par les ARS.

Réunie en bureau le 7 avril 2021, l’Association des Maires de France et des présidents d’intercommunalité (AMF) a réitéré sa demande d’une compensation intégrale par l’État des dépenses engagées au titre de la mise en place des centres de vaccination contre la Covid-19. L’ensemble des dépenses a été avancé sans délais par les communes et intercommunalités, afin de ne pas retarder la mise en œuvre de la campagne de vaccination, pointe l’association. « Les maires ont agi et ouvert des centres de vaccination sans avoir de visibilité sur les modalités de compensation des coûts générés et dans un grand esprit de solidarité avec l’État », insiste l’AMF.

La compensation prévue par les Agences régionales de santé (ARS) via le Fonds d’intervention régional (FIR) « n’est pas, à ce jour, à la hauteur des sommes engagées, est très variable selon les régions et tarde à être perçue par les communes », se plaignent les maires de France. Outre la mise à disposition de locaux, les communes et intercommunalités ont mobilisé des moyens humains et matériels. Elles ont aussi organisé des transports pour les personnes rencontrant des difficultés de mobilité et ont souvent été contraintes de renforcer leur accueil téléphonique, afin d’absorber une montée en puissance des appels, indique l’AMF.

À l’heure où le gouvernement vise une montée en charge de la vaccination, souhaite un élargissement des horaires d’ouverture des centres, notamment les week-ends, et met en place de grands vaccinodromes, l’AMF renouvelle sa demande de « compensation intégrale », portée depuis le mois de février, et souligne « l’urgence de donner de la visibilité aux maires et présidents d’intercommunalités sur les modalités de versement des subventions de compensation ». Dans la logique de partenariat prônée par l’État et partagée par l’AMF, les dépenses occasionnées « ne peuvent continuer à peser lourdement sur les budgets des communes et les élus locaux doivent pouvoir compter sur une juste compensation de l’État », intégrant dépenses d’investissement et de personnel, que celui-ci soit mis à disposition ou recruté spécialement dans le cadre de la campagne de vaccination.

Posté le par

Recommander cet article