L’Île-de-France veut affirmer sa position en Europe et mieux récupérer les fonds de l’UE

Finances locales

La région Île-de-France veut être plus présente sur la scène européenne et mieux bénéficier des financements européens, dont une grande partie lui échappaient sous la précédente mandature socialiste, a expliqué mardi 28 juin à la presse la vice-présidente en charge des affaires européennes, Stéphanie Von Euw.

Le conseil régional, réuni en séance plénière les 7 et 8 juillet, devra délibérer sur un rapport-cadre intitulé « la nouvelle stratégie européenne pour la première région d’Europe ».

Première priorité pour l’Île-de-France : mieux consommer les fonds européens qui lui sont réservés, et que la précédente mandature « n’a pas été capable de dépenser », a expliqué Mme Von Euw.

Selon elle, sur la période 2007-2013, seuls 41 % des 117,7 millions d’euros réservés à la région dans le cadre du fonds social européen, ont ainsi été mobilisés.

De plus sur la nouvelle période 2014-2020, « la région a déjà pris du retard », avec seulement 6 millions engagés sur les deux premières années, alors qu’en 5 mois à la tête du conseil régional, la nouvelle majorité a « déjà engagé 40 millions », a-t-elle dit.

Au total, les fonds européens (fonds social européen, fonds européen de développement économique régional et fonds européen agricole pour le développement rural) représentent un potentiel de 540 millions alloués pour la période 2014-2020, mais si la région prend du retard dans la mobilisation des fonds, la Commission européenne pourra, au 1er décembre 2017, lui retirer 6 % de son enveloppe.

« On n’a pas droit à l’erreur », insiste Mme Von Euw. Elle déplore également que certains secteurs « prioritaires », comme le développement du très haut débit ou les transports, soient exclus du « programme opérationnel régional » négocié en 2014 avec la Commission. Elle regrette également une dotation en fonds structurels insuffisante au regard des autres régions françaises et des autres grandes régions européennes, et un programme opérationnel réparti en « dix axes d’intervention », qui pousse au « saupoudrage » des subventions européennes.

La nouvelle majorité veut désormais « massifier » la consommation des fonds européens en les concentrant « sur un nombre plus réduit de projets de plus grande envergure ».

Par ailleurs, « la région Île-de-France était totalement absente sur la scène européenne, il y avait nécessité à se repositionner », a expliqué Mme Von Euw.

La région entend pour cela développer des partenariats avec d’autres collectivités européennes, régions, capitales, métropoles, etc. Elle va également « recentrer » les missions « éparpillées » de son bureau permanent à Bruxelles sur « la recherche de nouveaux financements, la promotion des intérêts de la région ».

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2016

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum