La CGT alerte le ministre de l’Intérieur : trop de « reçus-collés » au concours de sapeur-pompier

Fonction publique

Les services départementaux d’incendie et de secours ne recrutent pas toujours les pompiers sur les listes d’aptitude comme ils s’y sont engagés.

Le lauréat d’un concours de la fonction publique territoriale doit trouver un emploi dans les trois ans ; au-delà, il perd le bénéfice de sa réussite, et devient « reçu-collé ». De très nombreux lauréats au concours de sapeur-pompier professionnel non-officier organisé en 2013 ont ainsi été « reçus-collés ». Ils se retrouvent dans une situation extrêmement précaire, « une vie entre parenthèses dans l’attente d’un hypothétique recrutement », déplorent le collectif CGT des agents des Sdis (services départementaux d’incendie et de secours) et la Fédération CGT des services publics.

Le 1er septembre, ils ont demandé au ministre de l’Intérieur de rappeler « dans les meilleurs délais » aux décideurs publics, qui affirment avoir besoin de sapeurs-pompiers de première classe pour assurer un service public de qualité, qu’ils doivent tenir leurs engagements.

Afin de compenser le manque d’emplois publics, les pompiers reçus-collés exercent souvent sous le statut de sapeur-pompier volontaire en garde postée, ce qui est en parfaite contradiction avec les dernières orientations en matière de sécurité civile.

En juin 2012, l’Inspection générale de l’administration (IGA) estimait que les reçus-collés de la fonction publique territoriale (FPT) représentaient moins de 10 %. Ils seraient toutefois plus nombreux dans la filière des sapeurs-pompiers professionnels, selon la CGT. L’IGA constatait que les collectivités ont des difficultés à mettre en place une gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC). Elles prévoient leurs effectifs de façon « très empirique », alors que ce sont ces prévisions qui servent de base à l’ouverture des concours. Par ailleurs, les déclarations de vacance d’emploi obligatoires, qui servent davantage à vérifier que le poste est accessible à tous qu’à attirer de futurs candidats, sont sommaires. Enfin, même si la politique de recrutement des collectivités s’est professionnalisée depuis 1984, la recherche des compétences requises amène de plus en plus souvent les employeurs à ignorer les listes d’aptitude et à recourir à d’autres modes de recrutement, y compris en utilisant les exceptions au concours prévues par la loi.

Prolonger les listes d’aptitude sur lesquelles sont inscrits ces reçus-collés ne serait pas une fin en soi, précise la CGT. Les Sdis, qui ont consacré de l’argent public pour organiser des concours, ne sont plus crédibles quand ils ne recrutent pas les lauréats ou lorsqu’ils emploient des sapeurs-pompiers sans concours, des emplois d’avenir, des services civiques, ou des sapeurs-pompiers volontaires en gardes postées.

 

Marie Gasnier

 

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum