Aurélia de Portzamparc : « Le service public a montré son efficacité dans la prise en charge des plus fragiles et le maintien d’un cadre de vie sécurisé et salubre pour tous »

Management

Face à la gestion de la crise sanitaire liée à la propagation du Coronavirus, les collectivités doivent se coordonner pour maintenir une continuité d’activité et protéger les agents. Aurélia de Portzamparc, DRH Communauté d’agglomération, Ville et CCAS de Pau, répond à nos questions et nous fait part de son expérience.

Quelles sont les premières urgences que vous avez eues à gérer devant la crise du Coronavirus, eu égard à votre type de collectivité et au territoire ? Quels sont les services publics essentiels que vous maintenez ?

Aurélia de Portzamparc DRH Communauté d'agglomération, Ville et CCAS de Pau

Aurélia de Portzamparc

Dans un premier temps, nos priorités ont été la définition des plans de continuité d’activité pour assurer les services essentiels à la population, la diffusion des consignes sanitaires et l’organisation d’une cellule décisionnelle et d’une cellule de suivi et de coordination pour faire face à cette crise sanitaire sans précédent.

Dans un deuxième temps, nous nous sommes attelés au suivi individuel des agents afin de les protéger au maximum, surtout les plus fragiles, de donner les moyens au plus grand nombre de télétravailler et de constituer des réserves opérationnelles pour les équipes assurant des services essentiels à la population.

En parallèle, il nous a paru indispensable d’avoir un dialogue social continu avec les organisations syndicales ; un CHSCT est ainsi organisé toutes les semaines depuis le début de la crise sanitaire.

Enfin, l’urgence a été de gérer les besoins prégnants en masques tant pour les professionnels de santé de la ville et de l’agglomération que pour les agents en contact avec du public. Plus de 25 000 FFP2 masques ont ainsi été distribués aux médecins et infirmiers de Pau et aux agents travaillant à l’Ehpad. Les autres personnels en contact avec les personnes âgées ont été dotés de masques chirurgicaux et tous les autres agents mobilisés sur le terrain de masques en tissu.

Les services essentiels maintenus sont les suivants : cycle de l’eau, collecte des déchets, restauration communautaire, propreté urbaine (a minima), police municipale, état civil et tous les services dédiés aux plus fragiles : Ehpad, résidences autonomie, service de soins infirmiers à domicile, service d’aide à domicile et portage des repas.

Deux écoles et deux crèches sont également restées ouvertes pour accueillir les enfants des personnels soignants.

À ce stade, dans quels domaines considérez-vous que votre organisation était prête à réagir au mieux et ce qu’il faudrait améliorer, voire créer ?

Notre collectivité a été assez réactive et les agents très solidaires. Sur le terrain, beaucoup d’agents se sont portés spontanément volontaires et des réserves opérationnelles ont été très vite constituées. Plus de 120 agents ont été réaffectés et ont ainsi changé de métier du jour au lendemain. Une cinquantaine de personnes sont venues renforcer les équipes de la collecte des déchets et 50 autres celles de l’Ehpad.

La direction du numérique a été très efficace pour que le plus d’agents possible puissent télétravailler. Certains, sans ordinateur portable, ont même pu partir avec leur tour d’ordinateur et leur écran la veille même du confinement.

Une crise est souvent révélatrice, à ce stade, qu’a-t-elle révélé sur vos forces et vos faiblesses ?

Parmi les forces, une réelle réactivité et agilité des services permettant d’assurer un maintien de l’activité, une forte concertation et articulation entre les acteurs économiques et sociaux et une solidarité entre les directions et les agents

Concernant les faiblesses : l’anticipation. Nous ne manquerons pas de nous en souvenir et d’anticiper la  reprise !

Beaucoup de citoyens et d’entreprises prennent conscience de l’importance d’un service public qui allie solidarité et efficacité, quel message souhaiteriez-vous faire passer ?

Le service public a montré son efficacité dans la prise en charge des plus fragiles et le maintien d’un cadre de vie sécurisé et salubre pour tous, même si comme mes collègues, je regrette l’absence de réactivité des services de l’État tant au niveau local que national .

Nous sommes fiers de l’engagement et de la solidarité des agents territoriaux, qui ont le service public chevillé au corps, et continuent de s’investir malgré les risques avec beaucoup de courage !

Propos recueillis par Hugues Perinel

Posté le par

Recommander cet article