Règlement amiable des litiges : privilégier la conciliation

Procédures

Courant avril, le Minefe a mis en ligne sur son site internet une nouvelle partie consacrée aux comités consultatifs de règlement amiable des différends ou litiges relatifs aux marchés publics (CCRA).

Saisis des conflits apparus lors de l’exécution d’un marché public, ces comités « recherchent les éléments de fait et de droit, en vue d’une solution amiable et équitable (Code des marchés publics, article 127)
», rappelle le ministère. Ils émettent des avis que l’administration est libre de suivre ou non.

Au nombre de huit (dont un national pour les services de l’État ou à compétence nationale), ils peuvent être saisis par le titulaire du marché après le « rejet express ou tacite d’une première réclamation par le pouvoir adjudicateur
», ou par l’acheteur public « soit de sa propre initiative, soit à la demande du titulaire du marché
».

Une fois l’avis du comité consultatif rendu, l’administration a trois mois pour signifier au titulaire son acceptation ou son rejet (son silence vaut rejet de l’avis). Si les parties décident de concilier, elles peuvent conclure une transaction ou signer un avenant. En cas de désaccord, il reste le recours au juge administratif. À l’issue des trois mois ou après la décision de l’administration, les délais de prescription recommencent à courir.

L'analyse des spécialistes

  • rgpd-marches-acheteurs-publics Acheteur public

    Le nouveau RGPD et ses incidences sur les marchés et plus précisément sur les acheteurs publics

    09/07/18
    Le règlement général sur la protection des données (RGPD - n° 2016/679), ou « RGPD », est entré en application le 25 mai 2018 dans l'ensemble de l'Union européenne.
  • La médiation en droit de la fonction publique : un préalable obligatoire Fonction publique

    La médiation en droit de la fonction publique : un préalable obligatoire

    25/06/18
    « La médiation accompagne un immense mouvement de l’humanité moderne : avoir le droit d’être différent, mais vivre ensemble cette différence sans souffrir ni faire souffrir, sans être détruit, ni détruire, sans vainqueur ni vaincu », cette citation de Stephen Bensimon (Panorama des médiations du monde L’Harmattan, 2010) doit aujourd’hui faire sa place en droit public.
  • Rapport de la Cour des comptes européenne sur les PPP : un constat qui ne doit pas décourager l’initiative publique des grands projets Partenariat public-privé

    Rapport de la Cour des comptes européenne sur les PPP : un constat qui ne doit pas décourager l’initiative publique des grands projets

    31/05/18
    Les Cours des comptes européenne et française partagent un constat similaire et émettent des alertes de bon sens. Mais ces alertes doivent s’appliquer selon notre point de vue à tous types de projets du secteur public, et pas qu’aux PPP. Quant à ces derniers, ils pourraient continuer à procurer des effets vertueux au secteur public, à condition d’y avoir recours pour des bonnes raisons et d’une manière adéquate.
  • Tous les articles juridiques