Menu actualité

Thématiques

Actualité

Fonction publique : l’intersyndicale réclame des « mesures d’urgence » pour l’attractivité

Publié - par

Face à l’inflation, sept des neuf syndicats représentatifs de la fonction publique ont réclamé jeudi 10 mars 2022 des « négociations et des mesures immédiates », notamment salariales, en faveur de « l’attractivité » du secteur public.

Fonction publique : l'intersyndicale réclame des "mesures d'urgence" pour l'attractivité

« On ne peut pas reporter à 2023 ou 2024 des mesures urgentes », a affirmé le secrétaire général de l’Unsa Fonction publique Luc Farré lors d’une conférence de presse à Montreuil (Seine-Saint-Denis). Quelque « 50 % des agents de la fonction publique touchent de très bas salaires », « en gros » à hauteur du SMIC, a-t-il déploré. « La politique du gel de la valeur du point d’indice, qui sert à calculer le traitement des 5,7 millions d’agents publics, a atteint ses limites », a ajouté Luc Farré, dont le syndicat a récemment rejoint l’intersyndicale. D’autant plus que « l’inflation va continuer de s’accentuer » en lien avec la guerre en Ukraine, a prédit Céline Verzeletti (UFSE-CGT).

En conséquence, la CGT, l’Unsa, la FSU, Solidaires, la FA-FP, la CFE-CGC et la CFTC demandent des « négociations et des mesures immédiates » contre le « tassement des grilles de rémunération », a déclaré la cosecrétaire générale du premier syndicat de la fonction publique. En pratique, l’intersyndicale a une nouvelle fois appelé à dégeler la valeur du point d’indice et à ouvrir des négociations sur les grilles de rémunération, le maintien du pouvoir d’achat des agents et leurs perspectives de carrière.

Les sept syndicats avaient convoqué cette conférence de presse commune pour renouveler leur appel à rejoindre la mobilisation interprofessionnelle du 17 mars 2022 pour les salaires. La ministre de la Transformation et de la fonction publiques Amélie de Montchalin a exclu à plusieurs reprises le dégel du point d’indice d’ici la fin du quinquennat d’Emmanuel Macron au printemps, défendant plutôt des revalorisations ciblées et un dialogue salarial élargi au-delà du seul point d’indice. Mais « la politique du gouvernement (…) de faire les choses secteur par secteur » est au cœur du mécontentement des syndicats, a expliqué Benoît Teste, secrétaire général de la FSU. Une « conférence sur les perspectives salariales », initiée par la ministre mais boudée par quatre syndicats, doit esquisser dans les prochains jours des pistes pour réformer le système de rémunération des agents publics.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2022