Distinction du grade et de l'emploi

Rémunération

La Cour administrative d’appel de Marseille, dans un arrêt du 10 février 2015, précise qu’un agent public ne peut alléguer d’un préjudice le fait qu’il détienne un poste d’un niveau de grade supérieur à celui que son grade lui donnait vocation à exercer s’il l’avait lui-même demandé.

Le grade est le titre qui confère à son titulaire vocation à occuper l’un des emplois qui lui correspond. Il est distinct de l’emploi (article 12 de la loi susvisée du 13 juillet 1983).

Constitue une faute susceptible d’engager sa responsabilité, le fait pour l’administration d’affecter un fonctionnaire, pour une longue période et sans que l’intérêt du service soit justifié, sur un ou plusieurs emplois d’un niveau supérieur à ceux que son grade lui donne vocation à occuper.

Pour autant, le préjudice allégué par un agent qui avait lui-même demandé à être affecté sur des emplois de catégorie supérieure dans lesquels il s’épanouissait ne peut pas être établi. C’est en particulier le cas lorsque l’agent avait accepté en toute connaissance de cause le risque de subir un décalage entre son niveau de responsabilité et celui de sa rémunération statutaire.

 

Texte de référence : Cour administrative d’appel de Marseille, 10 février 2015, requête n° 13MA00741, Inédit au recueil Lebon

L'analyse des spécialistes

  • Les 10’ juridiques avec Landot & associés #4 Loi Vie locale Intercommunalité

    Les 10’ juridiques avec Landot & associés #4

    30/07/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • Le retour aux 90km/h sur les routes départementales : quels enjeux pour les élus ? Urbanisme

    Le retour aux 90km/h sur les routes départementales : quels enjeux pour les élus ?

    15/07/19
    Le projet de loi Orientation des mobilités, actuellement soumis à la Commission mixte paritaire, a ouvert la possibilité pour les présidents de conseils départementaux, les maires et les présidents d’établissement de coopération intercommunale (EPCI) d’augmenter à 90 km/h la limite de circulation sur les routes du réseau secondaire. Cela correspond à une volonté gouvernementale de les responsabiliser.
  • Les 10’ juridiques avec Landot & associés #3 Loi Blanquer Éducation

    Les 10’ juridiques avec Landot & associés #3

    11/07/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • Tous les articles juridiques