La mobilité des fonctionnaires à l’étude

Santé

Un nouveau rapport sur la mobilité des fonctionnaires (MIFP) a été publié, faisant état des actions entreprises, des freins rencontrés et des solutions proposées.

Publié le 22 octobre, ce rapport a été proposé aux organisations syndicales le lendemain dans le cadre de l’agenda social. Après un premier constat du peu de mobilité (moins de 1 % des agents sont mobiles entre les différents versants de la FP), une analyse plus fine indique que la mobilité est surtout interne, s’accroîssant avec la catégorie hiérarchique, plus forte dans la FPH, et à vocation interne : “Les fonctionnaires changent de poste, mais très peu d’employeurs.”

La mission d’inspection envisage d’introduire des obligations de durée minimale et/ou maximale sur un poste, afin de développer la mobilité dans la fonction publique. Ces durées pourraient être inscrites dans les statuts des corps (comme cela existe pour les magistrats), ou dans des engagements individuels.

Le rapport préconise un rapprochement des bourses d’emploi des trois fonctions publiques via un portail commun, une réorientation, en lien avec les partenaires sociaux, de l’action sociale au bénéfice de l’accompagnement à la mobilité, un rôle accru de l’accompagnement DRH et de la création d’une filière métier GRH commune aux trois fonctions publiques.

Pour en savoir plus :

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum