Seuil des 20 000 euros : l’avis de Jérôme Grand d’Esnon

Commande publique

L’avocat et ancien directeur des affaires juridiques de Bercy, Jérôme Grand d’Esnon, s’est exprimé au colloque de l’UGAP sur l’arrêt du Conseil d’État mettant à mort le seuil des 20 000 euros et sur la directive « Recours » et les contrats de concession de travaux.

Sur l’arrêt du 10 février 2010 dit Perez
(req. n° 329100)
: « Cet arrêt du Conseil d’État est consternant à cause du signal qu’il transmet. Il signifie que le travail d’un acheteur public est de respecter des principes, alors que derrière ces principes, il y a l’achat
. » L’avocat a conseillé d’utiliser la démarche de l’accord-cadre pour les petits achats entre 4 000 et 20 000 euros. Sur la directive « Recours », il a rappelé, concernant le référé contractuel, que l’avis d’attribution doit être un réflexe permanent pour se mettre à l’abri de ce référé. « Il vaut pour tous les contrats, mais
quid des marchés à procédure adaptée sur lesquels un silence hypocrite plane ?
»

Concernant les partenariats public-privé, il estime l’arsenal juridique très complet : « Nous avons ce qu’il faut pour être opérationnels.
» En revanche, il avoue que l’ordonnance sur les contrats de concession de travaux publics l’a laissé perplexe. « Je me demande quelle est la limite avec la loi Sapin !
» Pour lui, les définitions de la concession de travaux et du partenariat public-privé se ressemblent. Une similitude encore plus importante avec la délégation de service public (DSP) sous sa forme de concession : « Cette délégation de service public comprend une subvention d’équilibre pour couvrir le déficit de l’exploitation, mais pour moi, elle est l’équivalent d’un prix. Or la concession de travaux est définie comme un contrat dont la rémunération consiste soit dans le droit d’exploiter l’ouvrage, soit dans ce droit assorti d’un prix.
»

L'analyse des spécialistes

  • Quelles sont les règles régissant les modalités d'affichage publicitaire sur les monuments historiques ? Urbanisme

    Quelles sont les règles régissant les modalités d’affichage publicitaire sur les monuments historiques ?

    05/09/18
    Les Journées du patrimoine, les 15 et 16 septembre prochains seront l'occasion de découvrir des monuments historiques méconnus ou habituellement fermés au public. Certains d'entre eux, en cours de restauration, ne seront pas ouverts au public, dissimulés derrière des échafaudages, voire de grandes bâches publicitaires qui ne font pas toujours l'unanimité. Il faut savoir que l'affichage publicitaire sur un monument historique est très encadré juridiquement ce qui n'empêche pas un recours accru à son utilisation révélant parfois certains abus.
  • Le régime des CCAS : qu'en est-il de l'extension des possibilités de délégation dans les CCAS ? Administration

    Le régime des CCAS : qu’en est-il de l’extension des possibilités de délégation dans les CCAS ?

    29/08/18
    Le centre communal d'action sociale, créé dans toute commune de 1 500 habitants ou plus, a pour mission d'animer une action générale de prévention et de développement social dans la commune, en liaison étroite avec les institutions publiques et privées, et de participer à l'instruction des demandes d'aide sociale.
  • rgpd-marches-acheteurs-publics Acheteur public

    Le nouveau RGPD et ses incidences sur les marchés et plus précisément sur les acheteurs publics

    09/07/18
    Le règlement général sur la protection des données (RGPD - n° 2016/679), ou « RGPD », est entré en application le 25 mai 2018 dans l'ensemble de l'Union européenne.
  • Tous les articles juridiques