Seuil des 20 000 euros : l’avis de Jérôme Grand d’Esnon

Commande publique

L’avocat et ancien directeur des affaires juridiques de Bercy, Jérôme Grand d’Esnon, s’est exprimé au colloque de l’UGAP sur l’arrêt du Conseil d’État mettant à mort le seuil des 20 000 euros et sur la directive « Recours » et les contrats de concession de travaux.

Sur l’arrêt du 10 février 2010 dit Perez
(req. n° 329100)
: « Cet arrêt du Conseil d’État est consternant à cause du signal qu’il transmet. Il signifie que le travail d’un acheteur public est de respecter des principes, alors que derrière ces principes, il y a l’achat
. » L’avocat a conseillé d’utiliser la démarche de l’accord-cadre pour les petits achats entre 4 000 et 20 000 euros. Sur la directive « Recours », il a rappelé, concernant le référé contractuel, que l’avis d’attribution doit être un réflexe permanent pour se mettre à l’abri de ce référé. « Il vaut pour tous les contrats, mais
quid des marchés à procédure adaptée sur lesquels un silence hypocrite plane ?
»

Concernant les partenariats public-privé, il estime l’arsenal juridique très complet : « Nous avons ce qu’il faut pour être opérationnels.
» En revanche, il avoue que l’ordonnance sur les contrats de concession de travaux publics l’a laissé perplexe. « Je me demande quelle est la limite avec la loi Sapin !
» Pour lui, les définitions de la concession de travaux et du partenariat public-privé se ressemblent. Une similitude encore plus importante avec la délégation de service public (DSP) sous sa forme de concession : « Cette délégation de service public comprend une subvention d’équilibre pour couvrir le déficit de l’exploitation, mais pour moi, elle est l’équivalent d’un prix. Or la concession de travaux est définie comme un contrat dont la rémunération consiste soit dans le droit d’exploiter l’ouvrage, soit dans ce droit assorti d’un prix.
»

L'analyse des spécialistes

  • Dispositions transitoires concernant les réunions des organes délibérants des collectivité locales : que dit le projet de loi ? Élus

    Crise sanitaire : prolongement des mesures dérogatoires relatives aux réunions des organes délibérants des collectivités locales

    24/09/20
    Le projet de loi prorogeant le régime transitoire institué à la sortie de l'état d'urgence sanitaire déposé par le gouvernement était initialement muet sur les mesures concernant le fonctionnement des assemblées délibérantes des collectivités et de leurs établissements publics. Le texte de la Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la République1 précise les conditions de tenue des réunions des organes délibérants jusqu'au 1er avril 2021.
  • Pouvoirs des préfets en matière de lutte contre l'artificialisation des sols : que prévoit la circulaire du 24 août 2020 ? Urbanisme

    Pouvoirs des préfets en matière de lutte contre l’artificialisation des sols : que prévoit la circulaire du 24 août 2020 ?

    18/09/20
    La circulaire du 24 août 20201 prise par le Premier ministre rappelle le rôle des préfets en matière d'aménagement commercial dans le cadre de la lutte contre l'artificialisation des sols.
  • Insultes et agressions envers des élus locaux : que prévoit la circulaire “Dupont-Moretti” ? Élus

    Insultes et agressions envers des élus locaux : que prévoit la circulaire “Dupont-Moretti” ?

    11/09/20
    La circulaire relative au traitement judiciaire des infractions commises à l’encontre des personnes investies d’un mandat électif et au renforcement du suivi judiciaire des affaires pénales les concernant, dite « Dupont-Moretti », en date du 7 septembre 2020, renforce les protections des élus locaux dans un contexte où plusieurs maires ont été agressés cet été.
  • Tous les articles juridiques