Assouplissement des règles de cumul d'emploi pour les agents publics

Droits et obligations

La réponse ministérielle n° 25451 du 7 avril 2020 précise si la réglementation sur l’interdiction de cumul d’emplois sera prochainement assouplie.

L’article 25 septies de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires dispose que le fonctionnaire consacre l’intégralité de son activité professionnelle aux tâches qui lui sont confiées et ne peut exercer, à titre professionnel, une activité privée lucrative sous réserve de certaines dérogations. Ces dérogations relèvent de régimes différents afin de prendre en compte la situation de l’agent et le risque déontologique. Ainsi, peuvent exercer une activité privée à titre professionnel après déclaration à l’autorité hiérarchique dont ils relèvent, les agents dirigeants d’une société ou d’une association à but lucratif qui accèdent à un emploi public, ainsi que les agents occupant un emploi à temps non complet dont la durée du travail est inférieure ou égale à 70 % de la durée légale ou réglementaire du travail. Après autorisation de leur autorité hiérarchique, tous les agents peuvent également exercer une activité à titre accessoire ou être placés à temps partiel pour créer ou reprendre une entreprise. Ces différentes dérogations à l’interdiction d’exercer une activité privée s’inscrivent dans les limites des interdictions prévues aux 3° à 5° du I de l’article 25 septies de la loi du 13 juillet 1983 précitée. Les agents peuvent également librement produire des œuvres de l’esprit. Le principe posé par l’article 25 septies vise à garantir le bon fonctionnement du service public en s’assurant que les fonctionnaires se consacrent en priorité et principalement à leurs missions. Il convient, par conséquent, que les dérogations posées à ce principe soient strictement encadrées et limitées. C’est pourquoi le Gouvernement souhaite maintenir l’équilibre actuel entre la garantie du bon fonctionnement du service public et la possibilité pour les agents de faire preuve d’une initiative entrepreneuriale ou de compléter leurs revenus.

 

Texte de référence : Question écrite n° 25451 de M. Christophe Naegelen (UDI, Agir et Indépendants – Vosges) du 24 décembre 2019, Réponse publiée au JOAN le 7 avril 2020

L'analyse des spécialistes

  • Quels pouvoirs de police du maire dans la proposition de loi “Sécurité globale” ? Élus

    Quels pouvoirs de police du maire dans la proposition de loi “Sécurité globale” ?

    07/04/21
    Dans quelle mesure les pouvoirs de police du maire sont-ils renforcés après le vote par la commission mixte paritaire1 du texte de la proposition de loi pour une sécurité globale préservant les libertés qui prévoit d'expérimenter l'élargissement du domaine d'intervention de la police municipale sur la voie publique ?
  • Projet de loi 4D : quels transferts de services sont applicables aux agents publics ? Administration

    Projet de loi 4D : quels transferts de services sont applicables aux agents publics ?

    23/03/21
    L'article 34 du projet de la loi 4D1 envisage la question des transferts de personnel dans la mise en œuvre des compétences de l'État transférées aux collectivités territoriales. Ces dispositions sont appelées à être modifiées lors du débat parlementaire.
  • Les CCAS peuvent-ils être exonérés de commission d’appel d’offres pour leurs marchés publics formalisés ? Passation des marchés

    Les CCAS peuvent-ils être exonérés de commission d’appel d’offres pour leurs marchés publics formalisés ?

    17/03/21
    Les centres communaux (et intercommunaux) d'action sociale (CCAS/CIAS) ne peuvent pas être exonérés d'avoir recours à une commission d'appel d'offres (CAO) pour passer leurs marchés publics formalisés.
  • Tous les articles juridiques